La voix de Florent

A seulement 17 ans, Florent Brack vient de remporter la quatrième édition de The Voice Belgique avec 54% des votes du public face à Carmen Araujo.

1356483

Un évènement pour ce jeune ardennais à la voix rocailleuse et au tempérament posé. C'est que malgré sa dégaine un peu gauche, ce jeune chanteur talentueux qui fait la fierté de sa région a la tête sur les épaules et la maturité d'un mec qui ne se fera pas berner par des promesses de paillettes. Avant de rêver d'une carrière, Florent veut construire des bases solides pour accéder à la scène.
 
Après seize semaines de compétition, quelle est la première chose que tu vas faire pour profiter de ta "liberté"?
Florent
– Là tout de suite, je vais prendre le train pour retourner sur Namur et retrouver ma copine et mon frère pour aller faire la fête! (rire) Je n'ai pas vraiment eu le temps de célébrer vu qu'il y avait toute la promo à assurer et clairement je vais bien profiter de ces instants avec mes proches.
 
L'engouement était énorme dans ton village le soir de la finale, avec barbecue et écran géant organisé en ta faveur. Tu avais mobilisé tous tes amis pour qu'ils votent pour toi?
Florent
– J'avais mis un message sur Facebook et ils ont tous répondu présents, c'est un truc de dingue. Je suis super bien entouré, je m'en rend compte. En ce qui concerne l'écran géant installé à Menugoutte (province du Luxembourg), je n'avais rien demandé, c'est une initiative de la bourgmestre. Et ils ont bien fait la fête! Avoir un tel soutien, c'est vraiment inimaginable. Ca fait chaud au coeur.
 
Avec quels talents vas-tu garder contact maintenant que The Voice est terminé?
Florent
– Avec les huit derniers finalistes, vu qu'on a encore la tournée de The Voice à effectuer ensemble, et pour le reste je pense vraiment que Thomas restera l'un de mes potes. Mais je suis disponible pour tout le monde, chaque talent était génial, ils peuvent m'appeler quand ils veulent.
 
Humainement parlant, qu'est-ce que The Voice a changé chez toi?
Florent
– Enormément de choses. J'ai appris à prendre confiance en moi au fil des émissions, au début j'étais vraiment mal dans mes baskets, puis j'ai également gagné en technique vocale, évidemment. Je pourrais ne pas avoir la gagné Toyota et le contrat que je serais tout de même très heureux d'y avoir participé. Même si c'est un bonus énorme. (rire)
Justement, que vas-tu faire de la Toyota en attendant d'avoir l'âge de la conduire?
Florent – Je vais la prêter temporairement à mon grand frère qui va en prendre le plus grand soin. Je lui ai déjà demandé de la conduire avec des gants. Du moins, il a intérêt à le faire!
 
As-tu regardé toutes tes prestations? Si oui, tu te trouvais comment à l'écran?
Florent
– J'ai quasi tout regardé oui, mais j'ai toujours quelque chose à redire sur mes prestations. Je suis hyper exigeant, à chaque fois il y avait des petits détails que j'aurais voulu améliorer. Globalement, je suis content, sauf de ma reprise de Nothing Else Matters. Je me suis tellement mis de pression que je me suis tiré une balle dans la jambe, j'étais tendu, ce n'était pas beau à voir. Par contre j'ai adoré chanter Ray Lamontagne et Petite Marie, deux défis techniques que j'ai réussi à surmonter.
 
Avant de participer à The Voice, avais-tu déjà fait d'autres plateaux télé?
Florent
– Si on compte le fait qu'on m'avait déjà entraperçu à la piscine avec un bonnet en train de faire du crawl dans un reportage sur TV Lux, alors oui, j'avais déjà fait de la télé. (rire) Plus sérieusement, c'était parfois une torture de me regarder dans The Voice. C'est là qu'on se rend compte qu'on fait des sourires très bêtes et qu'on se tient mal, c'est une belle plateforme pour mettre en exergue nos défauts physiques.
 
Peux-tu compter sur Chimène Badi, ta coach dans l'émission, pour t'épauler lors de la création de ton single?
Florent
– Chimène m'a donné son numéro de téléphone perso, elle m'a dit qu'elle m'appellerait le plus souvent possible. On restera en contact, ça c'est certain.
 
A quoi peut-on s'attendre pour ton single? Tu as déjà des idées?
Florent
– J'ai envie d'un morceau rock à la Joe Cocker. Je vais tout faire pour que cela se réalise. Maintenant, advienne que pourra.
 
La tradition pour les gagnants (ou presque) de The Voice, c'est ensuite de participer à l'Eurovision. C'est un défi qui te plairait?
Florent
– (rire) Ce serait même un honneur! J'ai conscience de la difficulté du parcours qui m'attend, The Voice ce n'était qu'un tremplin, donc si on parle toujours de moi d'ici là, je serai ravi.

Sur le même sujet
Plus d'actualité