La vérité si je mens 3

Plus l'attente est sceptique, meilleure est la surprise. Et c’est bien ce qui arrive avec ce troisième épisode!

219173

Les bronzés 3 avait pris trop de coups de soleil en cherchant à tout prix le bon mot et la référence à ses deux illustres prédécesseurs. Au point de pousser chaque personnage à jouer une parodie de lui-même. Une leçon apparemment bien assimilée par Thomas Gilou.

Qui, s’il ne renie pas les deux précédents volets pour autant, déroule aussi une histoire qui ne verse pas dans l’obsession du clin d’œil. Et même si nous avons toujours droit à José Garcia qui se la joue imitateur façon Michel Leeb eighties, à Richard Anconina prenant des airs de philosophe de bistrot, et à Aure Attika dans la pose parfois insupportable de l’ingénue de service; on ne mentira pas sur la marchandise en affirmant que cette comédie remplit bien son office.

D’abord parce qu’elle offre un scénario qui se tient (nos lascars vendeurs de fripes sont cette fois confrontés au spectre de la mondialisation. Et devront faire face à l’adversité chinoise pour que leur entreprise continue à ne pas connaître la crise) et ensuite car cette Vérité ne sonne pas souvent faux tant elle évite généralement les gags trop téléphonés.

De quoi passer un bon moment sans se prendre la tête. Ce qui n’est déjà pas si mal…

Voir les salles où ce film est à l'affiche

La vérité si je mens 3
Réalisé par Thomas Gilou (2011). Avec Richard Anconina, José Garcia, Bruno Solo – 119’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité