La Success Story de Twitter

Le réseau de micro-messages passera bientôt la barre des 500 millions d'abonnés. Retour sur un phénomène créé par hasard mais aujourd'hui si nécessaire.

388392

Dans la dernière génération des gourous du web, on demande Jack Dorsey. Jamais entendu parler? Normal. Il est moins génial et influent que Sergueï Brin ou Larry Page, les fondateurs de Google, moins voyant que Kim Dotcom, le patron mégalo de Megaupload. Son parcours n’inspirera sans doute jamais Hollywood, au contraire de Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook. Parce que Dorsey est un type quasiment sans histoire. Certes, il y a six ans, il a fondé Twitter, le micro-réseau social aux 500 millions d’utilisateurs. Mais c’était par hasard.

En 2005, Dorsey travaille pour une start-up nommée Odeo, en Californie. Celle-ci entend se faire un nom en tant que plateforme de podcasting, cette technologie qui permet de diffuser depuis le Net des fichiers audio ou vidéo en direct ou en différé. Sauf qu’un acteur majeur bouleverse complètement le destin de l’entreprise du jour au lendemain. À l’automne de cette même année, Apple décide d’inclure une plateforme similaire dans son logiciel phare iTunes et les 200 millions d’iPods qu’il vend annuellement. Toute résistance est inutile, Odeo doit rapidement se trouver un nouveau business plan.

Or, Dorsey, depuis ses 13 ans, est un fana de… dispatching. Certains des logiciels qu’il a créés sont encore aujourd’hui utilisés par des compagnies de taxi, dont les employés peuvent signaler où ils se trouvent à tout moment de la journée. Alors que les employés d’Odeo cherchent désespérément un nouveau débouché pour leur boîte, Dorsey en propose une version publique: un système permettant à tout abonné d’envoyer des textos qui soient vu simultanément par tous ses amis. Basé sur le système SMS, les messages seront limités à 140 caractères, les 20 restants étant réservés au nom de l’expéditeur. Comme il l’a expliqué au Los Angeles Times, au-delà de leur utilité première, les journaux de dispatching offrent un témoignage très riche et en prise direct avec le réel de ce qui se passe dans la ville à un moment précis. Odeo soutient le projet. En mars 2006, Dorsey envoie le premier tweet ("gazouillis", en anglais) de l’histoire: "Suis en train d’installer mon compte Twttr". Twitter est né.

L’e-Vie comme elle va

Immédiatement, le nouveau réseau social révèle son potentiel addictif. Alors qu’il est encore en phase de test, certains employés d’Odeo accumulent déjà des factures téléphoniques de plusieurs centaines de dollars.

En juillet de la même année, le service est ouvert au public, gratuitement. Un mois plus tard, alors qu’un léger séisme secoue San Francisco, la nouvelle se propage via Twitter, qui compte déjà plusieurs milliers d’abonnés. La suite est connue. Bientôt, les utilisateurs de Twitter en établiront les codes principaux. Les utilisateurs se répondent en mentionnant le nom de l’expéditeur précédé d’un "@". Les fils de discussion s’organisent grâce au hashtag (#), qui précède le nom du sujet évoqué.

À l’instar de Facebook et ses listes d’amis, un utilisateur peut suivre préférentiellement les messages postés par l’un ou l’autre et devenir un "follower". Sauf que le réseau est plus ouvert que Facebook et que tout le monde finit par s’y retrouver. Vous voulez partager le quotidien de Britney Spears? Tapez simplement son nom dans la barre de recherche. Vous êtes maintenant l’un des 15 millions d’intimes de la bimbo. Et vous saurez que, le 29 mars dernier, par exemple, son mec lui a préparé des crevettes bouillies.

Proposer un service de micro-messagerie réduit à 140 caractères de texte à l’ère de l’internet illimité et de la vidéo haute définition? Impensable! Pourtant, la blogosphère tweete et retweete à tout-va. Aujourd’hui, la société approche les 500 millions de comptes d’abonnés, diffusant près de 200 millions de tweets par jour. Son véritable produit? L’immédiateté. Bien au-delà de la simple actualisation de statut personnel ("Je prends ma douche", "Je vais au parc"), Twitter offre des avantages bien différents de ce qu’avait imaginé Dorsey. On y commente aujourd’hui l’info que la presse n’a pas encore eu le temps de sortir, des peuples entiers y crient leur colère et font la révolution, des prostituées y racolent, on y télécharge des MP3 ou des séries via des liens qu’on s’échange…

Il y a trois ans, Twitter lui-même admettait que son concept initial était dépassé. L’aveu est depuis affiché sur la page d’accueil du site, où "What’s happening?" ("Que se passe-t-il?") supplante désormais le "What are you doing?" ("Que faites-vous?") des origines. Instantanément et à chaque seconde, Twitter prend le pouls de l’opinion mondiale. Du moins, celle qui saura s’y faire remarquer en maniant la formule expéditive plutôt que la démonstration nuancée. Cent quarante caractères, c’est vite passé. Et de toute façon, sur Twitter, les paroles s’envolent et même les écrits ne restent pas.

#lesaviezvous

– Les trois comptes Twitter les plus suivis au monde sont ceux de Lady Gaga (21 millions de followers), Justin Bieber (19 millions) et Katy Perry (16 millions).

– Selon Klout, baromètre mesurant votre web-popularité, la chanteuse Maurane serait la personnalité belge la plus influente de la twittosphère belge.

– Même Voldemort dispose de son compte Twitter. Il a plus de deux millions d’abonnés.

– Twitter compte près de 500 millions de clients. Pourtant, il n’emploie même pas 1.000 personnes.

– Durant ses trois premières années, de 2006 à 2009, Twitter a enregistré 12 millions d’abonnés, mais dégagé 0 dollar de revenus. En 2011, il a réussi à engranger 140 millions de dollars, soit trente fois moins que Facebook. Cependant, si la société devait être revendue, elle vaudrait entre 7 et 8 milliards de dollars. Une somme fondée sur l’anticipation de futurs revenus publicitaires.

– Twitter est aujourd’hui le deuxième moteur de recherche le plus utilisé au monde, derrière l’indétrônable Google.

– L’événement le plus commenté dans l’histoire de Twitter est la diffusion à la télévision japonaise du Château dans le ciel, le film d’animation de Hayao Miyazaki. Il a généré 25.088 tweets par seconde. Plus de deux fois le score du concert de Madonna pendant la finale du Superbowl.

– Près de la moitié des tweets diffusés dans le monde concernent des sujets tels que "Je prends mon café" ou "Bonne nuit à tous!". Ils passeront pourtant tous à la postérité, puisque la librairie du Congrès américain a décidé d’archiver absolument tous les tweets répertoriés depuis la création du service.

Sur le même sujet
Plus d'actualité