La source des femmes

Le réalisateur du Concert reprend le thème de la guerre des sexes en terre d'islam. Foisonnant.

137350

Lasse de supporter chaque jour les trajets pour rapporter de l'eau, Leila pousse les femmes de son village à entamer une grève de l'amour. Après A Separation ou le magnifique film de Nadine Labaki Et maintenant on va où?, le cinéma ne s'est jamais aussi bien porté en terre d'islam. "Les révolutions arabes ont eu lieu dans la rue, mais ce qui m'intéressait, c'était de filmer la révolution à la maison", confie Radu Mihaileanu, habitué des films à message fort. Ancré dans un espace-temps indéterminé, "quelque part entre l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient", La source des femmes a des allures de conte oriental. "J'ai recueilli des histoires de femmes au Maroc, en Tunisie, au Yémen. Derrière une femme voilée, on croit qu'il n'y a pas de joie de vivre. C'est tout l'inverse. J'ai voulu respecter la tradition arabophone du conte, et montrer que ça peut être universel."

Le film déploie le renversement de la domination masculine à travers une fresque ambitieuse, riche de sens, mais parfois un peu appuyée dans la forme. Construit comme un drame shakespearien, presque une tragédie grecque, le film met en scène cette révolution intime entre les hommes et les femmes à travers parties chantées et dansées, scènes déclamatoires et réels morceaux de bravoure pour les acteurs. Saluons au passage l'interprétation magistrale de Leïla Bekhti, que le réalisateur a voulue aussi vibrante qu'une Jeanne d'Arc musulmane. "Avec l'aide de théologiens, j'ai extrait des passages du Coran sur les droits des femmes, pour montrer que l'islam est une religion lumineuse, centrée sur le respect de l'Autre."

Le propos est parfaitement maîtrisé, parfois trop. On aurait presque souhaité plus d'authenticité et moins de reconstitution pour raconter une ruralité en partie fantasmée. Il n'empêche que le rassemblement d'acteurs arabophones venus de différents pays (France, Palestine, Maroc) donne au film des allures d'opéra arabe assez inédit. Rafraîchissante source donc, qui a le mérite de son ambition généreuse et qui dresse avant tout un lumineux portrait de jeune femme.

Les salles où ce film est à l'affiche

La source des femmes
Réalisé par Radu Mihaileanu. Avec Leïla Bekhti, Saleh Bakri, Biyouna, Hafsia Herzi et Sabrina Ouazani – 136'.

Sur le même sujet
Plus d'actualité