La Quinzaine des réalisateurs emballe Cannes

Deux filmsont conquis la critique ce matin.Catch me Daddy du britannique Daniel Wolfe et Gett de l’Israëlienne Ronit Elkabetz. De quoi réjouir son audacieux délégué général, Edouard Waintrop.

1102984

Le premier long-métrage du clippeur Daniel Wolfe, raconte l’histoire d’une jeune britannique d’origine pakistanaise (la débutante Sameena Jabeen Ahmed),qui fuit une famille violente. Filmé par Robbie Ryan (le chef-opérateur de Ken Loach, aussi en compétition officielle avecJimmy’s Hall cette année), Catch me Daddy (au titre inspiré par une chanson de Janis Joplin) est déjà décrit comme un « western » en plein Yorkshire (Variety), digne d’un John Ford (The Guardian).

Frères et sœurs dans la vie, Shlomi et Ronit Elkabetz (déjà auteurs de Prendre femme) livrent avec Gett, Le procès de Viviane Amsalem,  la chronique d’un couple israëlien en rupture. Une histoire qu’ils écrivent depuis dix ans. Gett (qui signifie « divorce » en hébreu) raconte l’histoire de Viviane (Ronit Elkabetz), une femme qui souhaite se séparer de son mari mais se trouve confrontée à la loi Juive qui laisse toujours en Israël le divorce au bon vouloir du mari.

Brillamment ouverte avec la Bande de filles de Céline Sciamma (son Girlhood est salué par la critique internationale), la Quinzaine laisse encore espérer de belles pépites de cinéma.

Son délégué général depuis trois ans Edouard Waintrop, ex-critique à Libération et adepte des « films de genre » n’a pas caché son plaisir de présenter bientôt plusieurs thrillers : Alleluia du Belge Fabrice Du Welz, Cold in July de l'Américain Jim Mickle (le film débarque de Sundance), Mange tes morts du Français Jean-Charles Hue (un film carcéral), A Hard Day du Coréen Kim Seong-hun.

On attend aussi beaucoup du premier film de Thomas Cailley, Les Combattants, une histoire d’amour adolescente avec Adèle Haenel et Kévin Azaïs.

Rappelons que l’année dernière, la Quinzaine des réalisateurs s’était particulièrement distinguée avec le succès (critique puis public) de l’inattendue comédie de Guillaume Gallienne, Les Garçons et Guillaume à table.

Cette année encore, la Quinzaine semble bien partie pour faire le buzz.

Le clip de Time to dance du groupe électro français The Shoes, tourné par Daniel Wolfe, avec Jake Gyllenhall en sérial killer (2012)

Sur le même sujet
Plus d'actualité