La nouvelle saison de Belgium’s Got Talent

Belgium's Got Talent, le télécrochet de RTL-TVI, revient. Avec toujours plus de talents... étonnants et motivés. Mais par quoi? Rencontre.

943679

600.000 téléspectateurs aux aguets pour découvrir les talents improbables et bigarrés de notre Belgique francophone. Des annonceurs à foison et un patron de chaîne ravi. C'est le bilan prometteur de la première saison de Belgium's Got Talent, adaptation par RTL-TVI du format Got Talent de Simon Cowell (le roi des télécrochets anglophones) balancé à la va-vite pour concurrencer The Voice Belgique dans la case chérie des divertissements. L'émission tient d'un concept hybride à la croisée entre Le plus grand cabaret du monde de Patrick Sébastien, Pour la gloire et la fête foraine de votre petit dernier. Mais elle étonne. Et même passionne.

Avec de tels scores, la saison deux de ce grand show était inévitable. Et tant mieux! A nous les casseroles, les grosses gamelles et les grands moments d'émotion dès ce 22 septembre. Un potentiel bonheur que le programme cultive sans se priver. C'est l'obsession du moment: fournir des bonnes tranches de rire entrecoupées de séquences tire-larmes pour se sentir vivant face à l'écran. Le fil rouge? La valorisation du talent, quel qu'il soit, sous l'égide d'un jury un peu sévère composé de Maureen Dor, Carlos Vaquera et Paul Ambach, qui explique, lucide: "Notre rôle, c'est de faire le tri pour le public. C'est parfois difficile mais c'est ce qu'on nous demande". De quoi donner l'impression à chaque téléspectateur qu'il peut lui aussi devenir une star avec un bon coaching. Les candidats sont de vraies gens, qu'ils se plantent ou qu'ils remportent le gros lot. Ou le pouvoir de l'empathie, qu'on pourra commenter à l'envie cette année sur les réseaux sociaux grâce au tout nouveau dispositif mis en place par RTL-TVI avec David Antoine et Sophie Pendeville.

L'OVNI Gérard Spencer – 26 ans – Bruxelles "Je joue d'un instrument rare, le hang, inventé en Suisse. C'est une sorte de soucoupe volante avec un son particulier. Il est très difficile de s'en procurer un. Un jour, je me promenais en Angleterre et j'ai entendu ce son… Je me suis rapproché et j'ai découvert le hang. J'ai parlé pendant des heures avec son propriétaire, ça m'a passionné et j'ai réussi après de longs mois à en acheter un, puis j'ai commencé à en jouer. Je me suis inscrit à Belgium's Got Talent pour le faire découvrir. Parce qu'en Belgique, il est vraiment très, très complexe de percer dans les milieux artistiques. Je voudrais d'ailleurs particulièrement soulever le problème des arts de la rue. La Belgique fait tout, au niveau politique et législatif, pour détruire son talent. Les forces de l'ordre ne permettent quasi aucune représentation, et ce même si on a un permis. Ils trouvent toujours une façon de nous éjecter. Il est impossible de faire vivre son art tranquillement, de la manière la plus ancienne qui soit: jouer en rue. C'est ce qui m'a poussé à m'inscrire à la seule vitrine qui existe: Belgium's Got Talent. Bon, j'avoue, je crains un peu Paul Ambach, c'est le plus sévère et il y connaît un rayon en musique. Et si ce créneau-là ne marche pas, j'irai vivre en Angleterre." Le magicien en herbe Adrien Dupont – 14 ans – Namur "Il y a deux ans, je m'ennuyais sec pendant les grandes vacances et ma grand-mère m'a emmené dans un magasin de magie. J'ai appris à faire des tours et voilà comment j'ai commencé. J'ai regardé toute la première saison de Belgium's Got Talent et j'ai vraiment adoré. A chaque fin d'émission il était écrit: "Vous voulez tenter votre chance? Contactez-nous" et donc je l'ai fait… Je me suis toujours demandé comment c'était de préparer une émission, c'était surtout de la curiosité. Ça n'a rien à voir avec ce que j'imaginais. Mais je n'en ai pas beaucoup parlé à mes amis, je veux garder la surprise. Le jour J, je leur glisserai discrètement qu'il faut qu'ils regardent l'émission. Je l'ai fait pour ça aussi, pour l'anecdote et surprendre les gens autour de moi. C'est ça aussi, la magie. On verra bien ce qu'en pense Carlos Vaquera. Il connaîtra sûrement tous mes trucs."

Moustique a rencontré plusieurs candidats à découvrir dans le magazine de ce 18 septembre 2013.

Sur le même sujet
Plus d'actualité