La course à la crèche

Trouver une place? La galère. Et quand on en trouve une, c'est hors de prix. Par endroit, la situation de certains parents est même devenue si désespérée que certains ont désormais recours à des crèches clandestines.

778895

Le boom démographique en chiffres

La problématique des places de crèches repose sur une démographie belge dont les chiffres récents semblent affoler le politique. La Belgique, et particulièrement Bruxelles, va devoir faire face d’ici une décennie à un boom de naissances qui soulève une série d’enjeux de taille. Ses nouveaux habitants devront être logés, pouvoir travailler et avoir de bonnes conditions de vie. Mais, avant tout, avoir accès à suffisement de places de garde.

45.000 places
Actuellement, la Communauté française compte 45.370 places disponibles dans les crèches, soit un taux de couverture pour les enfants de 0 à 3 ans proche de la moyenne de L’UE. C’est-à-dire 30%, sachant qu’il est de 43% en France et de 14% seulement en Allemagne. En 2010, il se montait à seulement 28%.

1.100 places non reconnues
Quelque 1.141 places nouvelles dans les crèches bruxelloises, prévues par le plan-crèche 2007-2012 de la Région, ne seraient toujours pas reconnues pour accéder aux subsides par l’ONE.

+ 140.000 habitants
En cinq ans, le nombre de naissances à Bruxelles a augmenté de 10%. D’ici 2020, la capitale comptera 140.000 habitants de plus qu’aujourd’hui. La Belgique, elle, aura atteint alors pas loin de 12 millions d’habitants.

Cigogne 3
Le troisième et dernier volet du plan Cigogne, élaboré par le gouvernement de la fédération Wallonie-Bruxelles, prévoit
16.000 nouvelles places dans les crèches d’ici 2022, avec un rééquilibrage entre les provinces. Actuellement, le Hainaut et Liège sont en retard, alors que le Brabant wallon est au contraire en avance. Selon le plan, 13.000 places sur le total seront créées dans des milieux d’accueil subventionnés. Bruxelles héritera à elle seule de près de 5.000 places, un nombre à peine supérieur à celui prévu pour la province de Liège et celle du Hainaut.

100 millions d’euros
Cigogne III coûtera un joli petit pactole à la fédération Wallonie-Bruxelles: 100 millions d’euros. En échange, le gouvernement promet la création de 2660 emplois.

Dossier complet dans le Moustique du 6 février.

Sur le même sujet
Plus d'actualité