The Kooks changent de cap avec Junk Of The Heart

Avant ce troisième album qui affole déjà les charts outre-Manche, les Kooks entretenaient un fameux paradoxe.

62819

Leur pop proprette et leurs concerts aux premiers rangs desquels s’évanouissent des demoiselles en âge de boire du Champomy contrastant un maximum avec l’hygiène de vie des membres du groupe. « Depuis le début, notre image est en décalage complet avec celle de la majeure partie de notre public, qui nous considérait comme des jeunes petits gars bosseurs et respectables, confirme le chanteur Luke Pritchard.

« Junk Of The Heart », le titre de notre nouvel album, fait référence à un passé pas si lointain où je carburais pas mal aux substances illicites. Et la chanson Mr Nice Guy fait référence à Howard Marks, auteur gallois et dealer notoire. Mais je vous rassure, l’enregistrement de ce troisième disque m’a permis de me reconstruire et de réorienter le groupe par la même occasion. »

Musicalement, il y a du changement aussi. « J’ai toujours adoré le rock des années 60 et 70, mais je pense que nous avons été trop loin dans l’hommage avec notre deuxième album « Konk » qui, avec le recul, me semble passéiste. »

Et donc, fi de ces chansons où le Bowie glam donnait rendez-vous aux Kinks. « Junk Of The Heart » vire donc plus vers une pop plus actuelle, inspirée tant par les nouvelles divas comme Lykki Ly que par quelques bidouilleurs, LCD Soundsystem en tête. « Le but n’était pas de tourner le dos à tout ce que nous avions produit auparavant, mais de poser les jalons d’une évolution vers un rock plus adulte, un rien moins obsédé par la mélodie immédiatement accrocheuse, parfois même racoleuse. »

Et l’audace s’avère payante! Les douze titres sont sautillants et plus sophistiqués. Le percutant Runaway double ainsi sa rythmique d’une couche de dub du meilleur effet. How’d You Like That séduit par la présence d’un piano et l’ajout de beats disco.

« Ce disque va nous forcer à nous réinventer à tous les niveaux. Sur scène, nos anciens titres vont subir un sérieux lifting. Mon rêve serait de garder nos fans hystériques de la première heure, mais aussi de toucher un public qui nous écoute de manière plus posée. » Mesdemoiselles, vous voilà prévenues!

 

 

Is It Me

The Saboteur

Princess Of My Mind

Le 16/10 à Forest National.

The Kooks
Junk Of The Heart
EMI/Virgin

Sur le même sujet
Plus d'actualité