Kavinsky – Outrun

Le zombie de l'électro publie une bande-son apocalyptique. Magistral.

Kavinsky – Outrun

Depuis sa sortie en 2010, sa chanson Nightcall s’est imposée comme la bande-son idéale de toutes les images automobiles.

A commencer, bien entendu, par la scène d’ouverture de Drive, le film du réalisateur danois Nicolas Winding Refn où Ryan Gosling joue le rôle d’un cascadeur. Ce film a fait de cette chanson électro sombre et oppressante mais terriblement catchy une des plus emblématiques de l’époque. Une sorte de ballade postapocalypse où il est question d’amour et de zombie.

A l’heure de sortir "Outrun", son premier vrai album, le Français Vincent Belorgey, la quarantaine approchante, cheveux gris et tatouages sur les bras (dont un représente son "frère"DJ Mehdi, mort dans un accident en 2011), ressemble plus à un vieux rockeur qu’à la sensation électro du moment.

Ses instrumentaux affichent tous un son vintage très années 80 mais on y trouve aussi le très réussi Suburbia avec le rappeur Havoc, moitié de Mobb Deep pour un album assez sombre. "Carrément sombre, oui! Je ne pourrais de toute façon pas faire autre chose. Je n’aime pas la musique happy, elle ne me rend pas heureux. J’écoute du rap, du rock, du métal. J’aime les musiques de John Carpenter, les thèmes de Terminator."

Avec "Outrun", Kavinsky sort un album ambitieux, très cinématographique dans sa conception. "L’aspect visuel est très important, j’essaie de faire mes vidéos comme des petits bouts de films. C’est ce que je vais faire pour chacune des chansons de cet album. J’ai besoin de prétextes pour créer de la musique."

C’est pourquoi il a "inventé" Kavinsky, son alter ego, personnage de zombie mort en 1986 dans l’accident de sa Ferrari Testarossa et réapparu en 2006. Une manière, aussi, de se cacher derrière un personnage, façon Daft Punk, par ailleurs producteur de Nightcall.

 

 

Kavinsky
Outrun
Universal

Sur le même sujet
Plus d'actualité