Karin Viard: « Cendrillon? Très peu pour moi! »

Jubilatoire dans Rien à déclarer, elle se tape une grosse part du gâteau dans le nouveau Klapisch. Cette fille est trop géniale!

21925

[…]

Vous êtes ultrademandée. Quelles sont vos qualités d'actrice?
Karin Viard – Oh, c'est vilain comme question! Je dois me passer la brosse à reluire. Bon, je crois que j'ai un tempérament comique. J'ai une certaine humanité, on peut se reconnaître en moi. Et j'ai le sens des ruptures au cinéma. Voilà!

[…]

Dans Paris ou Rien à déclarer, vous excellez dans le rôle de petite-bourgeoise supérieure et castratrice. Vous le tenez tellement bien que ça en devient suspect!
Il s'agit juste de jouer ce qu'il y a d'écrit et ne pas avoir peur du ridicule. Il faut oser. La partition est là, il faut juste l'assumer.

Mais l'être humain a peur du ridicule. On a toujours envie d'être plus beau…
Mais les acteurs, c'est leur boulot. Pour rencontrer ce que j'appelle "la liberté de l'acteur", il faut dépasser cette peur du ridicule. L'acteur qui a toujours envie d'être beau et de sentir bon, il est sur la mauvaise route. Ça ne me paraît en tout cas pas très intéressant. C'est bien d'être acteur pour prendre le risque d'être déplaisant, moche, gros, veule, lâche, sadique…

Mais il faut oser. Peu de comédiens osent…
Oui. C'est leur problème, ce n'est pas le mien. Moi, c'est comme ça que j'envisage mon métier.

Mais quand on est jeune actrice, on a envie d'être belle, de sentir bon et d'être aimée?
Oui, mais moi, on m'a très vite fait comprendre que ce n'était pas mon fonds de commerce. Que le rôle de la princesse, il ne serait pas pour moi! J'ai été choquée, je m'en souviens bien. Mais très vite, je me suis dit que les serveuses, les bonnes, celles qui ne sont justement pas les princesses, elles ont bien plus de choses à défendre. Dans Cendrillon, honnêtement, je préfère être l'une des deux sœurs.

Votre personnage sait pourquoi elle fait le ménage (pour subvenir aux besoins de sa famille). Vous vous demandez parfois, en tant qu'actrice, à quoi vous servez?
Je ne me pose pas la question. J'ai une vie privilégiée, je vis très bien et je ne me demande pas à quoi je sers. J'espère juste être capable d'affronter ma mort une fois que ce sera le moment! Vous savez, il y a des gens qui partent en résistant, ça me fait peur. Il y en a d'autres qui regardent la mort en face et qui disent: "C'est le moment, j'y vais, salut tout le monde." J'espère que je serai capable de faire ça. Moi, j'aime beaucoup la vie. Même quand tout va mal!

Sur le même sujet
Plus d'actualité