Kad et O On est là pour déconner

Dix ans après le succès inattendu de Mais qui a tué Pamela Rose ?, le tandem comique rempile pour une suite déjantée et réussie - Mais qui a re-tué Paméla Rose ? - dont ils signent la réalisation avec aisance.

697029

Interview bruxelloise après leur lunch et avant que les deux compères se relancent dans de nouvelles aventures humoristiques. Kad arrive en premier, s’excuse d’être en retard, mais voilà “il y avait une manif de tracteurs”. Rencontre un peu rapide et déjantée, à parler de la vie et surtout du cinéma, avant qu’Olivier nous rejoigne.

Vous ne vous arrêtez jamais Kad ?
Kad : On est en flux tendu, Paris, Province, Bruxelles maintenant, alors on n’arrête pas. Il y a peu de moments où on peut se laver les dents ! mais on est content, les gens nous aiment !

Nous aussi. Dix ans après le premier Pamela Rose, votre couple de travail a gardé sa complicité et sa fraîcheur, cette vivacité… comment faites-vous ?
Kad : Je te dis tu Juliette. Si tu passais une journée avec nous, tu comprendrais ! on est toujours dans cette volonté d’échapper à la morosité ambiante, aux gens qui râlent tout le temps, qui se plaignent tout le temps. On a envie de positiver. Ça se ressent sur l’écriture d’une comédie, parce qu’on est là pour déconner.

Vous écrivez pour déconner, sinon il se passe quoi ?
Kad : sinon on s’enferme. On se recroqueville. On attend la lumière. Rire, c’est pas ce que le monde nous propose en ce moment. J’ai fait des photos récemment pour un visa, et on m’a dit : surtout ne souriez pas monsieur. C’est ça notre monde.  (Il s’arrête), Juliette, ton pull fait des peloches !

Oui, c’est de l’angora ! sans rire, qui a eu l’idée de donner une suite à Pamela Rose ?
Kad : c’est le public ! avec Olivier, on s’est jamais vraiment inquiété. On a toujours travaillé ensemble. On est relié à vie.

Pourquoi ?
Kad : parce qu’on adore être ensemble, déconner, jouer, écrire, se retrouver dans le travail. Parce qu’il y a une grosse émulsion quand on est ensemble. Olivier a toujours la dernière idée de la dernière seconde pour sauver un sketche. Quand on est dans la merde c’est toujours lui qui a la solution. J’ai d’autres qualités… on n’est pas encore ringards !

C’est l’Amérique qui est ringarde dans le film ?
Kad : non mais c’est plus facile de parodier le cinéma américain. Les Américains ont des postures. On a été nourri par ce cinéma. Pamela Rose est un peu notre fille à tous…

Vous vous êtes connus comment Kad et Olivier ?
Kad : Sur Oui FM à la radio il y a 20 ans… c’est une chouette histoire. On travaillait le matin. Olivier faisait 6-9h et moi le 9-13h. A chaque fois qu’on se passait l’antenne, on se lançait une vanne, et puis on a commencé à écrire une ligne, puis deux, puis un skteche de 15 minutes.. et puis le patron de l’époque, Bruno Delport (qui dirige maintenant Radio Nova) a eu l’idée de nous réunir ensemble pour une émission l’année suivante qui s’appellait Rock n’roll Circus. Donc on nous a poussé à être ensemble. On est très différents mais aussi très complémentaires, et puis l’amitié est arrivée, on a réglé nos problèmes d’ego.

C’est vrai que côté carrière perso, vous vous êtes pas privé. Vous avez connu l’énorme succès des Ch’tis, vous avez porté récemment de gros films seul sur vos épaules, comme le Xavier Giannoli (Superstar) aux côtés de Cécile de France… c’tait important pour vous ?
Oui. J’avais très envie de faire carrière seul aussi. Mais l’amitié avec Olivier a tenu. (il s’interrompt, car Olivier arrive) Ah, voilà ma femme ! tu t’es lavé les dents ?
Olivier : Non j’ai changé de pull…

Bonjour Olivier. On parlait de votre rencontre il y a 20 ans… vous travaillez mieux ensemble maintenant qu’il y a 20 ans ?
Olivier : on travaille différemment. On n’est pas toujours ensemble. On se débranche quand on veut, et on adore se retrouver.
Kad : Ce soir, je vais pécho Olivier !

Vous n’avez toujours pas peur du ridicule ?
Kad : si tu as peur du ridicule, tu fais pas ce métier…
Olivier : c’est sûr. Y’a des acteurs qui protègent leur image. Nous on est des bouffons. Des clowns.

Dans une réplique du film, quelqu’un vous dit, “Kad tu tournes trop !” vous aimez jouer avec votre propre image ?
Kad : tu sais Juliette, si je fais pas ça dans Pamela Rose, je le fais nulle part ! des journalistes et des potes me disent tu tournes trop, et je réponds oui, c’est vrai, et j’adore ça ! j’adore faire la promo et montrer ma gueule partout !
Olivier : c’est bon de s’autoflageler. Comme ça les gens comprennent qu’on ne se prend pas au sérieux. Que c’est que du cinéma.

Vous jouez aussi avec le scénario du film…
Kad : Par amour pour le cinéma, on se permet de s’amuser avec les codes mêmes du cinéma. Comme d’ouvrir le scénario du film au milieu du film. C’est bien de “s’autodériser”, je sais pas si ça se dit, mais tant qu’on en aura la force, on rira de nous-mêmes.
Olivier : On est Bullit et Ripper mais on est aussi Kad et O. On aime bien cet exercice, qui consiste à sortir un peu le spectateur du film, et l’y replonger… ce sont des expériences cinématographiques.

On sent aussi un vrai plaisir à parodier les séries américaines…
Olivier : oui car les Américains sont très faciles à parodier. Ils jouent toujours très sérieusement les choses. Ils en font toujours des tonnes. On adore ça. A jouer c’est super agréable.

Par opposition, le cinéma français vous plaît ? vous en pensez quoi ?
Olivier : je suis fan de Claude Sautet. De Xavier Giannoli.
Kad : dans les mecs d’aujourd’hui, j’aime aussi Florent Emilio-Siri. Depuis le début il fait des films couillus. Je trouve qu’il y a une jeune génération de metteurs en scène très talentueux. Hazanavicius aussi bien sûr.

Ça aurait du sens de parodier le cinéma français ?
Kad : On pourrait faire une parodie de La Môme
Olivier : on pourrait faire une parodie des films d’appartement… mais c’est pas dans nos projets. Ça serait trop mal pris.

Parlez-nous de vos projets alors ! l’un répond pour l’autre…
Olivier : On a deux projets ensemble. Un film et un spectacle, Kad et Olivier a 100 ans, de janvier à mars au Palace, et puis en tournée France et Belgique ! et puis Kad fait le prochain Dany Boon en janvier, Supercondriac.
Kad: Olivier va réaliser On a marché sur Bangkok avec Audrey Fleurot et moi.

Bonne chance…

Quand on doit partir, Kad ouvre une boîte de chocolats Marcolini et nous en offre un en forme de coeur… Merci Kad !

Sur le même sujet
Plus d'actualité