Joy Division: Love Will Tear Us Apart (1980)

Chaque semaine, la petite histoire d'un grand classique du rock. Cette semaine: Joy Division, Love Will Tear Us Apart.

439136

Vous vous souvenez de Captain and Tennille? Non? Tant mieux. Ce duo est ce qui se fait de mieux dans le pire des années 70. Mais quel rapport avec Joy Division?

Captain and Tennille, c’est un couple improbable composé d’un faux capitaine de bateau et d’un clone de Mireille Matthieu avec tous les deux environ 100.000 dents dans la bouche. Un duo qui ferait presque passer Demis Roussos pour un génie musical. Quelques gros tubes outre-Atlantique dont, heureusement pour nous, un seul a vraiment réussi la traversée. C’était, en 1975, Love Will Keep Us Together, un truc sur lequel on a honte de taper du pied. Même dans les homes.

Ce que les amateurs de musique ignorent probablement, c’est qu’ils peuvent remercier le commandant Stubbings et madame Mille Colombes parce qu’ils sont à la base d’un petit séisme survenu en plein pic de la cold wave. En mars 1980, le groupe Joy Division entre en studio pour enregistrer son deuxième album, "Unknown Pleasures". Leurs précédents enregistrements ont fini par convaincre la critique, mais le public reste composé d’initiés. Le chanteur, Ian Curtis, est de plus en plus souvent sujet à de graves crises d’épilepsie. Et sur le plan sentimental, il vit des moments très durs, partagé entre sa femme Deborah Curtis avec laquelle il ne cesse de se déchirer et ses amours clandestines avec une journaliste belge.

Une situation personnelle qui vient se cristalliser sous la forme d’une chanson, ironiquement appelée Love Will Tear Us Apart (L’amour nous déchirera), exact contraire du Love Will Keep Us Together. Avec sa voix de baryton sépulcral mâtiné de Frank Sinatra – une référence soufflée à son oreille par le producteur Martin Hannett -, Curtis chante un lugubre hymne au désamour. Un hymne si cafardeux, mais si réaliste et soutenu par une rythmique si urgente que c’en devient un chef-d’œuvre. Un condensé d’histoire d’amour qui se désagrège sous les coups de boutoir de la routine, du manque d’ambition, du ressentiment et du manque d’émotions. Bref, deux personnes en train de prendre des routes différentes. Ils dorment toujours ensemble, mais elle lui tourne le dos, probablement après une piteuse tentative de faire l’amour dans cette pièce qui est devenue, sans jeu de mots, une chambre froide. Où est passée cette attirance qu’ils avaient toujours gardée l’un pour l’autre? Il est désespéré, cela ne peut plus fonctionner…

Quelques jours après l’enregistrement, à quelques heures avant d’embarquer pour une tournée américaine qui aurait pu, qui aurait dû apporter un succès planétaire au groupe, Ian Curtis se pend dans sa cuisine. Sa femme Debora fera graver l’épitaphe définitive: "Love will tear us apart". Une chambre, une cuisine, une pierre tombale… On est un peu loin de l’univers Télétubbies de Captain and Tennille.

Retrouvez la séquence Your Song du lundi au vendredi à 13h00 sur Classic 21. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité