Jim Carrey tout-puissant

Les fans attendaient ça depuis vingt ans. Jim Carrey revient dans la suite de Dumb & Dumber. Rencontre événement avec un comédien qui se fait de plus en plus rare.

1246841

Tout a commencé au début des années nonante avec des films bas de plafond. The Mask, Ace Ventura et bien sur Dumb & Dumber, sommet encore inégalé de crétinerie qui devint illico un film culte. Mais très vite, Jim Carrey a bifurqué à 180 degrés, soucieux de montrer qu’il avait autre chose dans sa manche que des comédies à tendance scato. "J’en avais marre de passer pour le blagueur de service", nous explique-t-il aujourd’hui dans son fief de Beverly Hills. Après avoir décroché la lune avec le fantastique Man On The Moon, mis en scène les dérives de la téléréalité alors qu’elle était encore balbutiante avec le visionnaire Truman Show, et touché au surréalisme sublime dans Eternal Sunshine Of The Spotless Mind, il revient dans une totale pochade. Celle-là même qui lui a valu la réputation de crétin des collines dont il a voulu se défaire si fort ensuite. "Mais maintenant, c’est différent, reprend-il. Je n’ai plus rien à prouver. Et l’idée de ce nouveau Dumb & Dumberest arrivée au bon moment."

Rare au cinéma, désormais débarrassé d'une vilaine dépression, Jim Carrey a fait de chacune de ses apparitions un événement. Il y a quelques semaines, il se fendait d'ailleurs à la télévision américaine d'une parodie du vidéoclip de Chandelier, le mégatube de Sia. Résultat: plusieurs dizaines de millions de vues sur Youtube. Les années passent, l'homme demeure pourtant un phénomène.

Là, il nous fait face, blouson de cuir jeté sur les épaules, affûté comme un couteau suisse, et remonté comme un coucou. Avec le sourire en acier trempé mais surtout avec la ferme volonté de profiter de cette rencontre rare avec "la Belgium", pour nous expliquer pourquoi il a remis le pied à l’étrier du ciné. Et comment se sont écoulées ces dernières années, qui l’ont propulsé vers ses actuels 52 printemps. Discussion à bâtons rompus avec un acteur revenu de tout.  

La rencontre avec Jim Carrey dans le Moustique du 19 décembre 2014

Guerre et pets!

Vingt ans plus tard, le duo le plus bas du front de l’histoire du cinéma revient aux affaires.

Réalisé par Bobby & Peter Farrelly. Avec Jim Carrey, Jeff Daniels, Rob Riggle – 109’.

 

Lloyd (Jim Carrey) et Harry (Jeff Daniels) sont toujours potes, et toujours aussi débiles! Quand ils apprennent que Harry est père, les lascars se lancent à la recherche de sa fille. Si ce scénario est aussi perforé que les intellects des deux sbires, et sert principalement à aligner les vannes scatologiques, ce retour de Dumb & Dumber ne prendra personne par surprise. Tant il ne ment pas sur la marchandise. Les nostalgiques de l’humour caca-prout vont se précipiter pour aller humer ces nouvelles pérégrinations. Tandis que les autres, qui ne voient en Dumb & Dumber qu’une accumulation de gags plus scabreux les uns que les autres, passeront leur chemin sans demander leur reste. Bref, cette suite est un festival de grimaces devant lesquelles on rit régulièrement. On en sort mi-honteux d’avoir craqué, et mi-amusé en constatant que la majorité des spectateurs ont replongé, eux aussi. C’est un peu gênant, mais ça fait du bien par où ça passe…

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité