Jamel Debbouze et Nicolas Bedos, deux styles différents, deux Charlie

Alors que Nicolas Bedos faisait son retour chez Laurent Ruquier déguisé et bien décidé à faire passer son message à l'artillerie lourde, Jamel Debbouze sortait de son silence tout en émotion et sincérité en parlant, pour une des premières fois, de sa foi de musulman. Un week-end télévisuel toujours sous le signe de Charlie. De manières diverses.

1266229

Nicolas Bedos était de retour ce samedi dans la bande à Laurent Ruquier comme chroniqueur. Retour postposé d'une semaine au vu de l'actualité "Charlie". 

Dans la peau de Rachid Walifi, il a fustigé, avec son humour particulier, la stigmatisation de la communauté musulmane, les clichés et a réaffirmé son envie de faire rire. Envers et contre tout.

Plus anecdotique, ce samedi a été également l'occasion pour Laurent Ruquier de confirmer à TV Mag, le départ du critiqué Aymeric Caron en fin de saison. 

Plus doux, plus touchant, plus humain et de toute manière dans un registre totalement éloigné de l'humour et du gag, Jamel Debbouze s'est exprimé dans l'émission de TF1 "Sept à Huit" sur les événements de "Charlie Hebdo" mais surtout sur les réactions qui ont suivi dont le non-respect de certains jeunes lors des minutes de silence et sur l'inconfort d'être musulman aujourd'hui. Parlant de sa foi de musulman, de son problème avec le blasphème, de sa présence à la marche du 11 janvier, d'éducation et de la France, celle de la différence, "sa mère", Jamel va droit au coeur. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité