Intouchables

Sans Fred mais avec Cluzet, Omar Sy crève l'écran dans un néo-Pretty Woman inspiré d'une histoire vraie.

135605

Ne faisons pas la fine bouche. Si le nouveau film de Toledano et Nakache (Nos jours heureux, Tellement proches) ne renouvelle pas vraiment la comédie à la française, avouons d'emblée qu'il nous offre l'un des plus beaux duos d'acteurs de l'année. Dans le rôle du riche héritier tétraplégique condamné à vivre en assisté, François Cluzet est tel qu'on l'aime, à la fois intense, émouvant et pince-sans-rire. Face à lui, Omar Sy explose en jeune de cité qui découvre l'envie de s'en sortir et la musique classique, sans jamais se départir de son identité ni de son humour. Préparez-vous à assister à quelques scènes musicales assez énormes où Omar compare Bach à Barry White et se tape des fous rires à l'opéra.

À l'instar d'un Jean Dujardin, voici un comédien venu des programmes courts de la télé (le SAV d'Omar et Fred du Grand Journal sur Canal +) capable, aujourd'hui, de porter un film sur ses épaules, grâce à une générosité et une envie d'habiter les scènes, assez rares dans le cinéma français. Il est véritablement LA révélation du film et c'est tant mieux.

Du coup, tout passe. Les gags à répétition, l'humour lourdingue sur les meufs, la B.O. mélo too much et les scènes trop prévisibles. Car malgré quelques incartades politiquement incorrectes (sur le shit ou les couples gays), le film souffre de son usage franchement abusif de bons sentiments. Mais passons. On ne sera jamais assez reconnaissant au duo Nakache/Toledano de nous sortir la comédie française des Franck Dubosc et des Christian Clavier. Une bonne surprise donc, qui n'a d'ailleurs pas échappé aux frères Weinstein (les rois du cinéma U.S. bancable et indépendant) qui viennent d'acheter le film. Omar à Hollywood, on n'attend que ça!

Intouchables
Réalisé par Eric Toledano et Olivier Nakache (2011). Avec Omar Sy, François Cluzet, Anne Le Ny et Audrey Fleurot – 112'.

Sur le même sujet
Plus d'actualité