Il y a 50 ans, jour pour jour, JFK était assassiné

Le 22 novembre 1963, John Fitzgerald Kennedy est assassiné. Retour sur ses derniers instants heure par heure et en images. Et sur ce que sa mort a changé pour l'Amérique.

980007

Heure par heure

8h00 Les journaux du matin

Dans sa suite 850 du Texas Hotel, JFK a pris un bain avant d'enfiler son corset (il a, entre autres maux, une maladie dégénérative des vertèbres) et sa première chemise (il en change quatre fois par jour). Il avale distraitement son café et ses deux œufs à la coque, ses toasts et sa marmelade d'orange en feuilletant le Dallas Morning News dont plusieurs articles le crucifient sur place. C'est son repas du condamné, il ne verra jamais les steaks texans prévus pour son discours de 12h30, au Trade Mart, après un long défilé dans les rues de la ville. 

Dehors, la pluie se calme. Le président est content, on pourra parader en décapotable. Ses gardes du corps le sont moins, même si le FBI affirme que la ville est sous contrôle et que le défilé est sans danger. À 8h50, il dit à Jackie: "Ce serait facile, au fond, de m'assassiner. Il suffit de se placer dans un immeuble avec un fusil à lunette et personne n'y pourrait rien."

11h39 Dallas: "Tout va se passer très bien"

Air Force One se pose à l'aéroport de Love Field. Le président enfile une nouvelle chemise bleue et constate qu'un millier de personnes l'attendent sous le soleil. En descendant de l'avion, il dit: "Nous voici à Dallas, on dirait que tout va se passer très bien." La première dame reçoit des roses rouges, son mari improvise un bain de foule malgré les pancartes haineuses brandies par une partie du "comité d'accueil".

11h55 La joyeuse parade

Dans la Lincoln présidentielle de sept places, outre le chauffeur et un agent de sécurité, s'installent le gouverneur du Texas, John Connally, et sa femme, Nellie. Àl'arrière, Jackie, dans son légendaire tailleur rose, pose le bouquet de fleurs rouges entre son mari et elle. La foule est nombreuse et enthousiaste. Nellie Connally se retourne: "Monsieur le président, on ne peut pas dire que Dallas ne vous aime pas." Il sourit: "Non, certainement pas."

12h30 Un halo rouge et blanc

Sur Elm Street, le cortège de 17 voitures passe devant le bâtiment du SBTD où travaille Lee Harvey Oswald. Quand le premier coup de feu retentit, on le prend pour une pétarade de moto. Au second tir, le président porte les mains à sa gorge et se penche vers sa femme. Seul le garde du corps de celle-ci, Clint Hill, comprend ce qui se passe. Il saute du marchepied de la voiture suivante pour intervenir. Trop tard: une troisième (ou quatrième?) balle atteint le président en pleine tête. Celle-ci explose "comme un fruit mûr", dira un des motards. Sur la vidéo d'Abraham Zapruder, le film amateur le plus connu du monde, on voit clairement un halo de sang et de matière cérébrale remplacer le visage de JFK.  C'est d'ailleurs un morceau du crâne de son mari que Jackie Kennedy tente de rattraper quand on la voit grimper sur le coffre de la voiture.  Clint Hill la repousse sur la banquette pour la protéger. Le garde du corps fait un signe, le pouce en bas, vers ses collègues à l'arrière. Le gouverneur Connally est également touché. Après avoir ralenti, le chauffeur repart en trombe vers le Parkland Hospital. Jackie répète: "On l'a tué, on l'a tué. Jack (le diminutif de JFK – NDLR), je t'aime."

12h31 Au Parkland Hospital

Àla porte des urgences, JFK et Connally sont emmenés sur des civières. Dans la voiture restent le chapeau rose et le bouquet, noyés de sang. Alors que la moitié du crâne a été emportée, le cœur du président continue à battre, projetant à chaque pulsation une gerbe de sang sur le sol. Mais à 12h38, il est déclaré mort. Connally est gravement atteint mais s'en sortira. Àl'annonce du décès, Jackie se penche sur le drap rougi qui recouvre le cadavre et embrasse le ventre de son mari, la moitié intacte de son visage et son orteil, qui dépasse du drap. Un prêtre donne l'extrême-onction. C'est trop tard, mais "Je suis sûr que c'est valable", dit-il à la veuve la plus élégante du monde dans son Chanel taché. L'amiral Burkley, le médecin privé de JFK, desserre le poing fermé de Jacqueline Bouvier qui laisse tomber un peu de matière cérébrale, récupérée sur le coffre de la Lincoln.  

12h58 Oswald s'est enfui

Il faut 28 minutes pour que les entrées et sorties du dépôt de livres scolaires soit sécurisées. Inutile de dire que Lee Harvey Oswald est déjà parti. Suivi par un agent de la police texane, J.D. Tippit, dont on ignore exactement pourquoi il prend cet homme "invisible" en filature, Oswald monte dans un bus, puis dans un taxi pour passer chez sa logeuse changer de blouson et s'emparer d'un colt 38. Quand Tippit sort de sa voiture pour l'interpeller, entre 13h et 13h15, Oswald le tue de quatre balles, devant des passants effarés, avant de repartir tranquillement.

13h50 L'arrestation d'Oswald

On signale à la police un homme suspect qui est entré dans un cinéma sans payer. La vingtaine d'agents le maîtrise alors qu'Oswald tente de leur tirer dessus. Quand la police réalise qu'il est aussi le seul employé du SBTD manquant à l'appel, ils le soupçonnent de l'assassinat de JFK.

14h00 On se dispute le corps

Au moment de fermer le cercueil de John Kennedy, Jackie enlève son alliance et l'enfile au doigt de son époux. Elle sort et dit "Maintenant, il ne me reste plus rien". Elle n'assiste pas à l'altercation qui suit. Un médecin de l'hôpital refuse qu'on emmène le corps: l'autopsie doit être pratiquée au Texas puisque – bizarrerie de la loi US – le meurtre du président n'est pas un crime fédéral. "No way" pour les services secrets qui veulent ramener le cadavre à Washington. Le ton monte, un agent sort son flingue et le colle sous le nez du médecin: "Allez, on y va!"

14h38 Prestation de serment

Lyndon B. Johnson en rêvait. Mais maintenant qu'il est devenu président de fait, il tremble. Il faut le ramener au Pentagone aussi vite que possible. Il fait transférer ses bagages dans Air Force One. Le corps de JFK est chargé dans l'appareil. Pour prêter serment, Johnson fait chercher un juge et Jackie, qui s'est lavé le visage, mais refuse d'ôter son tailleur: "Je veux qu'ils voient ce qu'ils ont fait."

20h00 Une autopsie ratée

Les trois médecins chargés de l'autopsie de John Kennedy à l'hôpital naval de Bethesda, près de Washington, ne sont pas compétents pour une telle tâche. Ils accumulent les erreurs, ce qui tronquera irrémédiablement toute l'enquête.

23h50 L'inculpation d'Oswald

Pendant qu'à Washington, les embaumeurs finissent de reconstituer le visage de JFK, Oswald est inculpé pour l'assassinat du président. "Je ne suis que le pigeon", déclare-t-il. Un moulage à la paraffine confirmera (trop tard) qu'il a bien tiré avec une arme de poing pour tuer Tippit, mais pas avec le fusil à lunette retrouvé au cinquième étage de la SBTD.

Le 23 novembre 1963

11h21 Jack Ruby tue Oswald

Le transfert d'Oswald des locaux de la police vers la prison est filmé en direct. Tout comme son assassinat par Jack Ruby, patron d'un bar louche bien connu de Dallas, qui surgit de la foule et tire. Quand on lui passe les menottes, Ruby s'étonne. Il s'attendait plutôt à des félicitations. Quarante-huit heures après Kennedy, Oswald meurt, dans le même hôpital.

Le 25 novembre 1963

10h30 Funérailles d' État

Après l'hommage de la veille, où entre 250.000 et 300.000 personnes et des dignitaires de 92 pays (dont le roi Baudouin) sont venus se recueillir devant le corps du président assassiné, les funérailles sont retransmises en direct dans le monde entier. ÀWashington, un million d'Américains regardent passer le cortège funéraire. L'image la plus marquante de la journée reste le salut militaire du petit John-John devant le cercueil de son père. (photo X)

Àl'enterrement de Lee Harvey Oswald, en revanche, il n'y a que cinq personnes: son frère, sa mère, sa femme et leurs deux enfants. Aucun pasteur ne veut officier. Finalement, un courageux se dévoue et ce sont des journalistes présents sur place qui doivent descendre le corps dans la fosse, car les croque-morts sont partis. Un détail de l'Histoire: avant que l'on ferme le cercueil, Marina Oswald a glissé son alliance au doigt de son mari. Comme Jackie Kennedy avant elle.

Sur le même sujet
Plus d'actualité