I wish I knew

Jia Zhang Ke continue l’exploration de sa Chine natale, mais a tendance à méchamment se répéter. Fixant face caméra dix-huit entretiens de personnes racontant "leur" Shanghai, le cinéaste chinois nous refait le coup de son pseudo-documentaire 24 City, mais en moins réussi.

31170

S’il parvient à (re)créer l’histoire de cette mégapole riche de cultures et de bouleversements politiques depuis les années 30 en 18 chapitres, le procédé s’avère in fine répétitif et, c’est un comble, impersonnel. Au fond, s’il rate sa description de la ville par l’abondance des paroles recueillies, le cinéaste est sauvé par son art.

C’est dans les évocations de Shanghai au cinéma (notamment chez Antonioni) que le film reste le plus intéressant et le plus vivant.

Les salles où ce film est à l’affiche

I wish I knew
Réalisé par Jia Zhang Ke (2010). Avec Dan-qing Chen, Rebecca Pan,  – 118’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité