Hunger Games – Du pain, des jeux et Jennifer Lawrence

Un an et demi après l'énorme succès du premier Hunger Games et la révélation de son actrice principale, le second volet tient toutes ses promesses.

988284

 Avec son mélange bien équilibré entre violence balisée et guimauve à doses homéopathiques, ce deuxième chapitre de la saga Hunger Games pousse le concept encore un peu plus loin. Puisque, comparés à ces nouveaux jeux, ceux du premier volet font désormais presque figure d’animation pour salons de thé… Tout ça autour d’une histoire simple mais bien ficelée. Tenant principalement sur les frêles épaules de l’excellente Jennifer Lawrence, qui s’apprête déjà à tourner le dernier chapitre de la trilogie sous la forme de deux films sur l’exemple, très rentable, initié par les producteurs de Harry Potter.

Bref, Jennifer, alias Katniss Everdeen, est donc rentrée chez elle saine et sauve après avoir remporté la 74eédition des Hunger Games avec son partenaire Peeta Mellark. 
Et puisqu’ils ont gagné, ils sont obligés de s’embarquer pour la Tournée de la victoire dans tous les districts, et de faire semblant qu’ils sont réellement ensemble. Au fil de son voyage, Katniss sent que la révolte gronde. Mais le président Snow prépare la 75eédition des Hunger Games, une compétition encore plus vicieuse, tordue et sans pitié pour les plus faibles. Le décor est planté…

 

A la barre: Francis Lawrence (aucun lien de parenté avec Jennifer), qui a signé une foule de clips vidéo pour des clients aussi variés que Will Smith, Beyoncé ou Aerosmith. Et le gaillard a réussi à transposer sur le format de ce film (très) long (2 heures 30) son habileté pour les histoires courtes et les plans percutants. Si l’effet de surprise lié au premier épisode n’est évidemment plus de mise, on gagne par contre en nervosité. Et Hunger Games 2 aligne les séquences spectaculaires, tout en n’oubliant pas quelques tirades plus intimistes. Démontrant que Jennifer Lawrence n’est pas juste une tête bien faite (et le reste) au service d’une superproduction millimétrée. "Ce deuxième épisode m’a permis d’élargir encore un peu plus mon registre", explique-t-elle. "Mon oscar (celui de meilleure Actrice 2013 pour la comédie dramatique Happiness Therapy– NDLR)a fait comprendre au public que je n’étais pas juste destinée aux blockbusters d’action. Mais il m'a aussi donné confiance en moi. Je vais donc alterner tous les styles avec un égal bonheur dans les années à venir." Vérification dès l’année prochaine. Outre la première partie du troisième volet de Hunger Games, on retrouvera la belle à l’épreuve des balles dans une autre grosse machine (X-Men: Days Of Future Past), et, à l’opposé, dans un thriller que l’on annonce renfermé et cérébral: American Hustle où elle décochera ses piques à Christian Bale et Bradley Cooper.

> HUNGER GAMES – L'EMBRASEMENT, réalisé par Francis Lawrence. Avec Jennifer Lawrence, Liam Hemsworth, Josh Hutcherson – 146’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité