Her – Un excellent Spike Jonze

Sacré meilleur scénario aux derniers Oscars, Her s’avère pourtant une des histoires les moins tortueuses - mais pas les moins originales - sorties de l’esprit tordu de Spike Jonze (Dans la peau de John Malkovich).

1059680

Réalisé par Spike Jonze. Avec Joaquin Phoenix, Scarlett Johansson, Amy Adams. – 126’. 

Handicapé relationnel à la limite de l’autisme, Théodore vient de se faire larguer et n’est pas loin de sombrer lorsqu’il tombe sur un programme informatique révolutionnaire. Et au contact de Samantha (le fameux système d’exploitation évolutif s’adaptant à la personnalité de son interlocuteur), Théo, magnifiquement incarné par Joaquin Phoenix, reprend vie, se sent léger comme… mais oui, comme un amoureux. Car Samantha (Scarlett Johansson, invisible et pourtant obsédante), voix artificielle pleine d’humour et de tact, ronronnant avec sensualité dans son oreillette, a tout de la femme parfaite.

Et Jonze de nous montrer au détour d’une mise en scène classique que les amoureux sont paradoxalement seuls au monde. Théodore, ne quittant pas un seul instant cette voix qui guide ses pas et ses élans du cœur, devient encore plus déconnecté du réel que lorsqu’il était seul.

Mais ne nous y trompons pas: ce petit bijou de comédie romantique n’a rien d’une charge contre l’ultramoderne solitude ou les technologies nouvelles qui envahissent nos vies. Larguant volontairement les questions existentielles parfois tirées par les cheveux, Jonze continue de réfléchir sur l’incommunicabilité, l’imposture et la fragilité de notre libre arbitre dans un monde dont nous sommes les marionnettes. Mais il semble plus serein, assagi. Et ajoute à son propos la force inaltérable de la simplicité, libérant son cinéma des scories d’une trop grande agitation cérébrale. Sans renier son imaginaire poétique, Jonze est parvenu enfin à créer du cinéma intelligent pour tous. Et à nous faire croire à une superbe et invraisemblable histoire d’amour. – T.V.W.

Sur le même sujet
Plus d'actualité