Heather Nova: Sirène des Bermudes

Lorsqu'un ami pêcheur a emmené Heater Nova au large d'un récif de ses Bermudes natales pour lui montrer l'épave du bateau familial Moon où, enfant, elle passait "300 jours par an", la belle sirène folk ne s'est pas contentée de fondre en larmes.

36042

Elle s'est servie de ses émotions pour écrire son nouvel album. "D'un côté, tous les merveilleux moments vécus avec mes parents sur ce bateau sont remontés à la surface. D'un autre, je me suis dit qu'il fallait que je prenne les bonnes décisions en tant que mère pour que mon fils soit aussi heureux que moi je l'ai été à son âge."

Pour être honnête, nous avions perdu de vue Heater depuis son album "Siren" en 1998. Elle a pourtant encore sorti des disques, pas mal tourné, donné naissance à un petit Sébastian, rédigé un recueil de poèmes (The Sorrow Joy), placé ses chansons écolos dans des blockbusters (I Am Sam, The Crow) et changé plusieurs fois de label tout en s'offrant de longues pauses loin des projecteurs. "Je pourrais être aujourd'hui une chanteuse à succès si j'avais écouté ce qu'on me disait de faire. Mais j'ai préféré avancer à ma manière en m'efforçant de réussir ma vie personnelle plutôt que de nourrir des ambitions professionnelles démesurées qui m'auraient éloignée de mon confort aux Bermudes."

Enregistré dans son homestudio à énergie solaire avec les musiciens qui jouaient déjà sur "Oyster", l'album qui l'avait révélée en 1994, "300 Days At Sea" est un disque relaxant comme un coucher de soleil. Le style de Nova n'a rien de révolutionnaire. Ses compositions lisses naviguent à vitesse de croisière entre folk, pop et country. Avec, il est vrai, de belles réussites à la clef comme See A Little Piece Of Tomorrow, la ballade hippie Stay ou le plus nerveux Burning To Love. Beaucoup de chansons reviennent sur son enfance itinérante lorsqu'elle accompagnait ses parents au gré de leurs pérégrinations maritimes. "Cette vie de bohème avait un côté apaisant, mais elle ne m'a pas permis de connaître toutes les étapes qu'on traverse généralement pour atteindre l'âge adulte. Je ne me suis jamais rebellée, par exemple. Même dans mes choix musicaux, je faisais confiance aux goûts de mes parents qui étaient fans de Bob Dylan, de Neil Young et de Joni Mitchell." Sur ce point, elle a eu raison d'écouter les conseils de papa et maman.

 


Luc Lorfèvre
Le 30/7 au Suiker Rock.

Higher Ground

Heater Nova
300 Days At Sea
V2

Sur le même sujet
Plus d'actualité