Happy Birthday Never Mind The Bollocks

Trente-cinq ans après avoir fait paniquer l'Angleterre, le disque des Sex Pistols revient à l'assaut.

555207

Riffs désaccordés, voix nasillarde, titres sonnant comme des slogans pour des tee-shirts ados (Problems, Seventeen, No Feelings, Submission, Liar…), brouhaha sonique intempestif…

Trente-cinq ans après sa sortie, le manifeste punk des Pistols ne s’écoute plus pour les mêmes raisons, mais fait toujours un bien fou aux tympans.

Sa réédition en version deluxe – avec bonus, DVD et tout le tralala – en rappelle toute l’ironie. Car les Pistols, prolétaires portant épingle à nourrice, avaient beau cracher leur haine du système, ils en maîtrisaient parfaitement le fonctionnement. En 1977, "Never Mind The Bollocks" avait pour ambition d’enterrer les dinosaures du rock.

Aujourd’hui, il a rejoint les classiques "Sergent Pepper’s", "The Dark Side Of The Moon" ou "Blonde On Blonde".

Et si le propos fait parfois sourire (le pamphlet God Save The Queen, la chanson anti-avortement Bodies), l’énergie déployée dans ces 38 minutes et 47 secondes de déflagrations pourrait inspirer pas mal de jeunes groupes pseudo-rebelles.

Car oui, malgré toute la mise en scène imposée par feu Malcolm McLaren, leur manager, cet unique album des Pistols abritait de bonnes chansons. De foutues bonnes chansons.

Sex Pistols
Nevermind The Bollocks
Universal

Sur le même sujet
Plus d'actualité