Hannah Arendt

Au lieu du biopic traditionnel, souvent trop général et générique, le film se consacre à une période définie de la vie de la philosophe juive allemande: l'année 1961, lorsqu'elle couvre, pour le journal The New Yorker, le procès d’Adolf Eichmann, criminel nazi de la Seconde Guerre mondiale.

846667

Arendt en tirera cinq articles qui mettent au jour la complicité de certains Juifs dans la solution finale et le fait qu’Eichmann n’était pas un idéologue, mais "juste" un spécialiste froid.

Suffisant pour que certains accusent Arendt de sympathie avec les nazis. Alternant passages de fiction et images réelles du procès, ce film est parfois carrément austère.

Mais le fond, très fort, arrive heureusement à faire oublier la forme.

Hannah Arendt
Réalisé par Margarethe Von Trotta. Avec Barbara Sukowa, Axel Milberg, Janet McTeer – 113’.

Plus d'actualité