Guy Luzon: de zéro à héros

Il a été hué à son arrivée. Le voilà porté aux nues. Rencontre avec le nouvel entraîneur du Standard de Liège, un sanguin qui, dit-on, n'aime pas trop parler de lui-même. Et en vrai?

943677

En sport, les choses peuvent évoluer très rapidement… Le Standard ne fait pas exception. Depuis le début du championnat, les Rouches semblent irrésistibles: douze victoires en autant de matchs, la première place au classement provisoire de la Jupiler League, et une participation à la phase de poules de l'Europa League acquise haut la main. Pourtant, il y a deux mois encore, le Standard semblait condamné à la crise. Tout le monde se souvient du clash entre supporters et direction après l'éviction de l'entraîneur précédent, de la volonté manifestée un temps par le président Duchâtelet de revendre le club, des bureaux du club envahis par quelques têtes brûlées…

Ce changement, il semble être le fait d'un seul homme: Guy Luzon. Un entraîneur israélien qui fit toutefois tout sauf l'unanimité à son arrivée en juillet dernier. A l'époque, de vives critiques sont en effet formulées du côté des supporters, qui le qualifient en masse d’incompétent, de colérique, de pistonné. Car l'homme recruté par Duchâtelet est un total inconnu. Ex-joueur à la brève carrière, âgé de 38 ans, Luzon n'a entraîné que des clubs issus du modeste championnat israélien, puis l'équipe nationale espoirs. Bref, pas grand-chose. Voire rien du tout. Six semaines plus tard, pourtant, le voilà passé du statut de zéro à héros. Rencontre exclusive – mais par le biais d'un traducteur franco-hébreu – avec un entraîneur au double tempérament: expressif et chaud sur le banc de touche, mais calme et réservé en interview.

Le début de saison du Standard est incroyable. Pour un entraîneur, cela doit être motivant et encourageant pour la suite des festivités.
Guy Luzon – C’est certain. Le premier objectif est atteint. On voulait se qualifier pour l’Europa League et on l’a fait. L’autre objectif, c’était de faire un bon début de championnat. Pour le moment, il est parfait aussi. On ne peut pas rêver mieux pour l’instant…

Quel est le secret de votre réussite?

(La suite dans Moustique)

"Je ne me suis pas préoccupé de ce qui se disait lors de mon arrivée."

Sur le même sujet
Plus d'actualité