Guy Lemaire: Le dernier dinosaure

Pour les 30 bougies de Télétourisme, Guy Lemaire pose un regard lucide sur son magazine, son employeur et son avenir. Rencontre avec une brillante mémoire de la télé. D'un autre siècle.

38939

Guy Lemaire est entré à la RTB comme pigiste à la rédaction des sports. C'était en 1972, il avait à peine 17 ans et entamait les romanes. Formé à la vieille école de Raymond Arets (grande plume de la DH et pionnier à l'INR) mais aussi de Joseph Coppée (La Wallonie) et autre Luc Varenne (RTB), le Liégeois a aiguisé ses armes sur le terrain. Le journalisme, la recherche du scoop, la rigueur du verbe, l'exigence du mot, l'art de la parole, Guy Lemaire a tout intégré très vite. Il a tout appris, sauf à sourire. Ce qui lui a donné, dès ses premières télés, ce charme désuet d'un homme sans âge. Si, à 26 ans, il en paraissait 50, aujourd'hui, c'est un atout. Il n'a pas vieilli. Indémodable, intemporel. Intelligent et bosseur, il a quitté l'université, à 19 ans, pour se lancer dans le monde du travail. Sans regret. Depuis 37 ans, le centre de Liège est sa seconde résidence. Depuis 30 ans, il produit et présente Télétourisme. Qui s'offre une spéciale anniversaire.

Comment fait-on pour durer si longtemps?
Guy Lemaire – Sans y penser. Ce sont des engrenages.

Que pouvez-vous dire de cette spéciale?
On s'est payé une steadycam, une superbe caméra pour réaliser les plateaux dans les ruines de Villers-la-Ville. On avait envie de se faire plaisir. Et la RTBF est bien contente d'avoir 50 minutes de programme originales et produites pour pas cher. Ils en voulaient 60, j'ai dit non. Il n'y a pas la matière! On a beaucoup d'images d'archives, mais on ne veut pas faire du nombrilisme ou un semblant de fête scoute. Il y aura des témoignages, un bêtisier et des séquences musicales. On avait bien droit à une petite fête, on est quand même à l'antenne du lundi au samedi et même le dimanche quand il y a En voyage. On leur en apporte des minutes d'antenne, ça va!

Vous êtes un pilier discret de la chaîne, mais vous semblez manquer de reconnaissance au sein de la maison?
Bien sûr. Retirez Jardins et loisirs, Jardin extraordinaire, La clé des champs, Télétourisme sans les remplacer. Et où se trouve notre personnalité? Dans un Signé Taloche 4 fois par an? Dans un C'est du Belge? Nos magazines sont l'épine dorsale de la RTBF et font la différence par rapport aux autres chaînes. Et pourtant, on investit peu, car ça n'intéresse pas la direction. C'est Comme un chef qui intéresse. Un jour, j'ai confié à Emmanuel Tourpe, directeur des antennes, qu'il serait intéressant de faire une promo sur les petits magas. Il m'a répondu "quelle bonne idée!". J'attends toujours.

Télétourisme, c'est surtout une histoire d'équipe…
Télétourisme, c'est la cour des miracles! Y a que des bras cassés. Je n'ai pas pu choisir une seule des personnes qui s'y trouvent. Ça a toujours été: "Tu ne prendrais pas Machin parce qu'il ne s'entend pas avec Truc? On supprime une émission, tu ne prendrais pas ce collaborateur. Lui, c'est chez toi ou dehors." Mais ça a toujours bien fonctionné. Et quand ces gens qui ne sont plus tout jeunes me disent "qu'est-ce qu'on est content d'être là", ma journée est faite…

Comment voyez-vous l'avenir de Télétourisme?
J'espère qu'on lui laissera encore 7 ou 8 ans et qu'elle disparaîtra avec son présentateur. Quoique. Un présentateur, ça se remplace du jour au lendemain sans trop d'incidence sur les audiences. J'ai des collègues avec des cous énormes qui ne réalisent toujours pas qu'ils n'existent que parce que leur employeur leur permet d'exister. C'est inimaginable…

Durant ces 30 ans, un élément n'a pas changé: le générique.
Si, si. Après 20 ans, j'en avais soupé du thème Blue Peter de Mike Oldfield. J'ai alors commandé un générique original dont personne ne se souvient – et moi le premier – à Alec Mansion. Une grave erreur dont j'assume la responsabilité.

Et pourquoi être revenu au thème initial?
Parce que les gens nous le demandaient. C'est increvable, ce thème. Quand je croise des gens et même des ados, sur un trottoir, dans une grande surface, ils en fredonnent l'air. (Il le sifflote.)

Quels souvenirs, bons ou mauvais, gardez-vous de ces 30 saisons?
Beaucoup de bons, mais aussi un très mauvais. On avait fait une série sur les parcs d'attractions. Et on a été condamné par le CSA sur celui de Disney. Comme si Télétourisme pouvait faire de la pub pour Disney. Ça doit être la seule fois de ma vie que j'ai réalisé que l'injustice existait! Je les vois encore, ces connards, réunis pour nous juger. Et quand, ensuite, j'ai exprimé mon sentiment de profonde injustice dans la presse, cela m'a été vivement reproché par ma hiérarchie. Bref! Mais qui peut croire que quand Télétourisme va faire un reportage sur Aqualibi, on va permettre de vendre une entrée de plus? Non. Par contre, si je vais au Musée de la vie rurale à Huissignies, ils vont doubler leur chiffre d'entrées. Et pour faire une émission respectable, il faut parler des deux. C'est ce que nous faisons depuis 30 ans. Sans états d'âme.

Il y a eu aussi cette polémique autour de vos polos…
Personne n'a jamais vu le nom de Lacoste au générique. Armelle est venue 6 mois – tiens, elle non plus n'avait plus de boulot! -, on a vu le nom de sa boutique au générique. Je vais chez le grossiste de Lacoste trois fois par an, car je ne supporte pas d'aller dans des boutiques. Et ils me font le prix de gros. Ils m'ont dit que la famille royale faisait la même chose en précisant aussi qu'ils payaient… Mais un jour, un type a écrit à la RTBF pour dénoncer de la pub. Le service juridique lui a répondu: "Monsieur Lemaire s'habille tel qu'il est, indémodable." C'est vrai, merde! Depuis 30 ans, je m'habille Lacoste et je mourrai crocodile. Je ne sais pas si c'est beau ou laid, je sais que c'est pratique. Qui peut croire que je vais faire vendre un textile de plus. Faut rester modeste.

RTL ne traite pas de tourisme…
Il y a eu des trucs assez moyens qui ont été faits par Sandrine Corman. Il y a eu des trucs intelligents et bien faits par Luc Gilson, un homme de grande qualité. Mais rien de constant. Aujourd'hui, sur La Une, il y a Ma terre. Le patrimoine, c'est le fonds de commerce pour Télétourisme, mais c'est bien de lui donner une exposition importante avec de gros budgets. Il n'y a aucune raison de ne mettre des moyens que sur des émissions de divertissement qui, de toute façon, ne fonctionnent pas.

Où en est l'audience de Télétourisme?
Elle baisse régulièrement. Comme l'audience générale de la télévision qui s'érode. En raison des différents moyens de la consommer. D'une certaine manière, la RTBF est une télévision extraterrestre. Elle n'a aucune raison d'exister telle qu'elle le fait pour un si petit public, d'une si petite communauté. On est un France 3 régional avec des ambitions, que l'on concrétise car on est entourés de gens de qualité. On fait une télé qui est juste démesurée. Combien de magazines produit-on? C'est de la folie! Et j'en ai créé beaucoup.

[…]

Vous voyez-vous pensionné?
Si je ne suis pas mort, je ferai du théâtre. D'ailleurs, je vais en refaire l'an prochain au théâtre l'Arlequin à Liège. J'aimerais écrire aussi, mais je ne pense pas avoir le souffle. J'ai peur d'être un peu chiant et de ne pas renouveler le genre. Si c'est pour faire du sous-Eric-Emmanuel Schmitt, mieux vaut m'abstenir. J'ai des collègues qui publient, mais je ne les trouve pas toujours dignes. Comment dire, sans citer de nom?

Où aimeriez-vous vieillir?
Je n'ai pas de rêve de soleil. Aller finir mes jours à Bordeaux, Marrakech, ça ne me tente pas.

Guy Lemaire est-il un homme heureux?
Pff, je pense être en bonne santé. J'ai un métier exigeant, enrichissant, certainement pas financièrement, mais qui apporte de la satisfaction. Je n'ai pas d'ambition financière ou de carrière. Le peu d'argent que je gagne, je le dépense pour être heureux dans ma maison avec mes fils ou pour voyager avec eux. C'est fabuleux à mon âge d'avoir des enfants de 18 et 20 ans qui acceptent encore de partir 8 jours en vacances avec papa… Oui, ça, c'est vraiment du bonheur. Et j'ai la chance d'avoir encore ma vieille mère qui, à 84 ans, est une vieille emmerdeuse, ce qui est bien la preuve qu'elle a encore la santé. Quoi d'autre? C'est ça la vie.

Les 30 ans de Télétourisme Samedi 9 La Une 20h20

Sur le même sujet
Plus d'actualité