Gruppo di Pawlowski – Neutral Village Massacre

1281215

Guitariste héroïque de dEUS, Mauro Pawlowski s’entoure de nouveaux diables pour former l’équipe à battre.

 

En Belgique, Mauro Pawlowski est un pion majeur du rock moderne. Avant de poser sa guitare chez dEUS, l’homme a écrit l’histoire avec Evil Superstars. "Aujourd’hui, tout le monde me dit que c’est un groupe culte. C’est cool. Mais ça, c’était avant. J’avais 23 ans. Là, je ne suis plus la même personne. J’ai vieilli…" Pourtant, le bonhomme ne s’est pas assagi. On le retrouve désormais à la tête de Gruppo di Pawlowski, formation surpuissante dont la gestation dépasse (de loin) la fiction. "Un jour, un orchestre de reprises appelé Evil Superfarce m’a proposé de jouer en première partie de son show dans un squat anversois. J’ai accepté. J’adorais l’idée, tout ce second degré. Pour relever le défi, j’ai réuni une bande de potes et on a créé oToT, un groupe avec lequel on reprenait des chansons de Toto à l’envers. Les gars qui jouaient avec moi étaient tous des cracks. On a fait une petite répétition et c’était juste parfait: une incroyable communion."

 

Entouré de pointures comme Elko Blijweert (Dead Man Ray) Pascal Deweze (Metal Molly) ou Sjoerd Bruil (Dez Mona), Mauro monte alors à bord de la Rolls-Royce du rock flamand: un véritable supergroupe. Au cœur de Gruppo di Pawlowski, l’artiste se contente de chanter et d’allumer des tubes incendiaires: des morceaux qui soufflent sur les braises de Captain Beefheart ou Zappa et ravivent le feu sacré des nineties. "Pourtant, je déteste les années 1990. Mes groupes préférés de cette époque ont tous vu le jour dans la décennie précédente. C’est vrai pour les Butthole Surfers, Nirvana ou Sonic Youth…"

 

Pour parfaire le tableau, Gruppo di Pawlowski a enregistré son album "Neutral Village Massacre" à Chicago en compagnie de Steve Albini, l’homme derrière "In Utero" de Nirvana. "On est restés avec lui pendant quatre jours. On a travaillé à l’arrache dans les conditions d’un concert. Steve Albini est un super-technicien. Il place les micros et puis, il te laisse tirer ton plan. Avec lui, ton disque va sonner d’enfer. Mais si tes chansons sont nases, ce n’est pas son problème." Ici, aucun souci: chaque morceau est une tuerie.

Nicolas Alsteen

Plus d'actualité