Girls In Hawaii sur son trente et un

Avant de débrancher les amplis pour un temps, les Belges se réinventent en version acoustique. Très chic.

1231331

Après le succès rencontré par les chansons d’"Everest" sur les routes d’ici et d’ailleurs, Girls in Hawaii retrousse ses manches et mouille une fois encore le maillot en publiant "Hello Strange", un nouveau disque, mais pas vraiment un nouvel album… Capté dans l’instant à l’occasion de deux soirées à Louvain-la-Neuve, l’objet enferme onze titres soigneusement réinterprétés pour coller à la dernière lubie du groupe: une tournée intimiste et ultra-limitée dans le temps. "Terminer par un volet créatif où l’on revisite notre répertoire, c’est une façon de se mettre en danger et d’achever l’année en beauté", explique le chanteur Antoine Wielemans.

Métamorphosés, transcendés, les récents Misses et Rorschach touchent à la perfection. On se réjouit aussi de retrouver des morceaux rarement joués: Catwalk, Couples On T.V. ou l’imparable Bees & Butterflies, resté dans les tiroirs pendant près de dix ans. Sous certains aspects, l’exercice renvoie aux fameux MTV Unplugged. "C’est sans doute générationnel et un peu inconscient, admet Lionel Vancauwenberghe. Cela dit, on voulait éviter de tomber dans les clichés en remplaçant toutes les guitares électriques par des cordes acoustiques. Ici, on a cherché à réarranger les chansons." Cette tournée intimiste, c’est aussi l’occasion d’apercevoir la formation sur son trente et un. Entre costards et cravates, les garçons se dévoilent autrement, tournant autour d’instruments différents (marimba, vibraphone, harmonium indien et autres verres en cristal). "On n’a jamais accordé la moindre importance à notre garde-robe, constate Antoine. On se fringue un peu n’importe comment. À un moment, on se traînait même la réputation d’être "le groupe le plus mal fringué de Belgique". Comme la tournée se termine dans des salles dotées d’un véritable cachet, on s’est interrogé sur notre rapport immédiat à ces endroits. Enfiler un costume quelques minutes avant de monter sur scène, c’est comme se mettre dans la peau d’un acteur." "Hello Strange" dans la poche de son costume de gala, le groupe se produira le 9 décembre en apothéose à Bozar, sous les travées de la salle Henry Le Bœuf, joyau architectural dessiné par Victor Horta. Soit deux légendes nationales sous un même toit.

Le 26/11 au Forum (Liège).

Le 28/11 au Cultuur Centrum (Malines).

Le 9/12 à Bozar (Bruxelles).

Sur le même sujet
Plus d'actualité