Ghostpoet – Some Say I So I Say Light

Avec sa voix de baryton, son mélange de trip-hop de fin du monde et de dubstep caverneuse, Obaro Ejimiwe, alias Ghostpoet, fait régner une ambiance claustrophobe sur son deuxième album. 

863689

Mais, comme sur "Maxinquaye", le chef-d’œuvre de Tricky (1995) auquel "Some Say I So I Say Light" renvoie inévitablement, le côté obscur des compositions est contrebalancé par des arrangements lumineux.

On pense à ces cordes discrètes, à la voix féminine de Gwilym Gold sur Dorsal Morsel ou au rythme reggae ludique de Plastic Bag Brain. Envoûtant. – L.L.

 

 

Ghostpoet
Some Say I So I Say Light
PiaS

Sur le même sujet
Plus d'actualité