Franz Ferdinand: “Sur scène, les instincts resurgissent”

Le gang de Glasgow est de retour: les filles peuvent se préparer à danser. La fin de l’été sera pop. Top !

927583

[…]

"Right Thoughts, Right Words, Right Action" débarque après quatre longues années d’attente. Vous aviez besoin de temps pour revenir sur le devant de la scène?
Alex Kapranos – J’ai dû attendre 32 ans avant de pouvoir sortir mon premier album. Du coup, je relativise quand on s’éternise un peu trop sur un disque. Je me dis toujours que le délai d’attente ne peut pas être pire… (Sourire)

La tournée qui a suivi la sortie de "Tonight" en 2009 a passablement marqué vos organismes et éreinté les esprits. Vous aviez besoin d’un break?
On ressentait le besoin de prendre du recul. Faire de la musique par obligation, ça n’a aucun intérêt. Pour Franz Ferdinand, la pause était nécessaire. Sans ça, on ne serait peut-être pas revenu. Pour concevoir le nouvel album, on a envisagé les choses différemment. Avant, on enregistrait toutes les chansons en un bloc. Cette fois, on a étalé les sessions sur 18 mois. On a laissé les choses respirer.

Sur le plan créatif, c’est l’album le plus facile de votre carrière?
Chaque album nous demande des efforts et de la concentration. Cela dit, cette fois, on s’est vraiment amusé. Ce n’était pas pénible, contrairement à "Tonight" qui est né dans la douleur. Celui-là, on n’a pris aucun plaisir à l’enregistrer. On devait fabriquer un disque et on voulait que ça marche… Mais aborder les choses de cette façon, c’est le meilleur moyen de produire l’effet inverse. On n’avançait pas, on se sentait pressé, on était stressé. Ce qui ne nous ressemble absolument pas.

[…]

La bio attachée à la sortie de votre nouveau disque commence avec cette déclaration: "Franz Ferdinand semble avoir redécouvert l’imagination, la vitalité et le plaisir éprouvé à l’époque de son premier album". C’est une bonne nouvelle pour nous. Mais pour vous, ça implique qu’il y a eu un petit creux créatif?
Je suis un peu déstabilisé par cette question. Qui a écrit ça ? Notre maison de disques ? D’une certaine manière, cette phrase suggère qu’on a un jour perdu la foi en notre musique. Ce qui, honnêtement, n’a jamais été le cas. Je vais envoyer un courrier pour qu’on modifie cette phrase. Je crois que le label s’est mal exprimé. Il voulait sans doute suggérer que nos deuxième et troisième albums étaient excellents. Et que le premier était un chef-d’œuvre. Donc, si on suit le raisonnement, on vient d’enregistrer un nouveau chef-d’œuvre ! (Rires) Blague à part, je ne regarde jamais en arrière. Je préfère me projeter vers l’avant.

L’année dernière, vous êtes partis en tournée sans nouvel album. En Belgique, on vous a vu sur la scène du Dour Festival. Pourquoi avez-vous pris la route alors que rien ne vous y obligeait?
On éprouvait le besoin de se sentir vivant. On voulait retrouver notre énergie et nos automatismes avant d’attaquer l’enregistrement du nouvel album. C’était le moment parfait pour sortir de chez nous et remonter sur scène. C’est là que les instincts resurgissent. Grâce à ce tour de chauffe, nous sommes redevenus des guerriers, de véritables chasseurs.

[…]

Franz Ferdinand
Right Thoughts, Right Words, Right Action
Domino/V2

Sur le même sujet
Plus d'actualité