Francofolies de Spa – Un premier jour rayonnant

Orphelin de la grande scène Pierre Rapsat, le festival a offert de très jolis moments dans le Parc et dans le "Franc'Off". Une première journée réussie avec des découvertes, des confirmations et un seul flop.

1145591

Au top

#1 Va à la plage

Jeune groupe bruxellois repris parmi les 12 finalistes du concours Franc'Off, Va à la plage fait de la pop rock positive, énergique et bourrée d'humour. Sur scène, les gars maitrisent sans en faire des tonnes. C'est efficace et si tout le concours Franc'Off est à ce niveau, on souhaite bien du plaisir au jury présidé par Cali pour départager les candidats.

#2 La maison Tellier

Comme The Feather (voir plus loin), ils méritaient une autre programmation que l'ouverture de la scène Proximus devant quelques spectateurs profitant du soleil. Leur dernier album "Beauté pour tous" est un virage à angle droit dans la carrière de cette famille Tellier groupe aux accents folk et passe parfaitement la rampe du live. A (re)voir en salle à la rentrée ? Au fait, rien à voir avec Sébastien Tellier même si le chanteur partage avec le divin barbu le goût du poil touffu au menton.

#3 Owlle

Avec ses cheveux rouges, ses yeux turquoises et son look aux allures d'un habit de Star Trek, Owlle débarque d'ailleurs avec son premier album "France". Sa voix, ses rythmes electro-rock mâtinés de hip-hop et son sourire charmant n'ont pas laissé de glace ni les membres de Depeche Mode (excusez du peu) ni le public spadois.

#4 The Feather

Après avoir livré une prestation impériale samedi dernier sur le Main Stage des Ardentes (merci Stromae qui se produisait en tête d'affiche ce jour là), The Feather avec l'honneur et le challenge d'ouvrir dès 13h le Village Francofou ce jeudi.  Projet de Thomas Medard, chanteur de Dan San, The Feather réinvente la musique folk champêtre en l'habillant de zestes pop et en parfumant le tout d'une profonde musicalité. Sur scène, les compositions tirées du premier album "Invisible" paru à l'automne 2013 gagnent à la fois en complexité et en chaleur. La réussite en vient bien sûr à Thomas Medard dont la chevelure argentée virevoltante et les yeux mi-clos rappellent qu'il est vraiment habité par ses comptines. Mais ses cinq musiciens ne sont pas en reste. Guitare électrique, guitare sèche, batterie, claviers mais aussi vibraphone et percussions donnent du relief à des morceaux également transcendés de délicates harmonies vocales qui ne sont pas rappeler les grands albums -les premiers donc- de Crosby, Stills, Nash & Young. Pour sa première apparition aux Francos, The Feather aurait mérité de jouer plus haut dans l'affiche et donc devant plus de monde.

#5 Renan Luce

En soirée, Renan Luce a fait un sans-faute dans un Parc des 7 Heures qui semblait bien rempli. Entouré d'un groupe impeccable et servi par un son nickel, il a enchainé ses tubes (Les Voisines, Repenti, La Lettre, la Boite,…) et  s'est permis une très énergique reprise de Où c'est que j'ai mis mon flingue de "beau-papa" Renaud. Du bel ouvrage.

Le flop

#1 Casseur Flowters

OK, Orelsan et Gringe, les deux rappeurs derrière Casseur Flowters,  ont mis l'ambiance.

OK, tout ce que le Parc de 7 Heures comptait comme spectateurs de moins de 15 ans a adoré et "trippé".

Pourtant, on avait aimé l'album mais là… les comparses ont livré un concert sans relief ni inspiration. Reprenant de manière totalement caricaturale tous les codes du rap, ils ont proposé un moment digne d'un spectacle d'animateurs dans un camping: blagues plates, accessoires en frigolite (si si) même le pantalon de Gringe était en carton et n'a pas tenu le coup dévoilant les fesses du rappeur.

La bonne nouvelle, c'est que le festival promet d'autres moments bien plus excitants en matière de hip-hop.

Sur le même sujet
Plus d'actualité