Francofolies de Spa : Nos coups de coeur

Que faudra-t-il voir dès la fin du concert d'ouverture de Stromae de ce mercredi? Après notre sélection des découvertes au Village Francofou, place aux valeurs sûres.

1129207

Après une édition 20eanniversaire ensoleillée, les Francofolies chamboulent le calendrier, s'offrent le luxe de ne pas exploiter chaque jour la grande scène de l'Hôtel de Ville et osent quelques beaux paris dans le populaire Village Francofou, qui s'impose plus que jamais comme le véritable poumon du festival. Voici une semaine, nous vous proposions notre sélection des artistes belges à ne pas manquer dans le Parc de 7 Heures. Place cette fois à cinq têtes de gondole dont nous vous avions déjà dit tout le bien à l'occasion de la sortie de leur dernier album respectif.

 

Renan Luce

Le pitch

Artisan introspectif de la chanson poétique, le gendre de Renaud et disciple de Georges Brassens impose sa science du refrain fédérateur sur "D'une tonne à un tout petit poids", son troisième album paru en février dernier. Gentil, doué, discret, parfois même trop…, Luce se montre moins loufoque et plus personnel sur ce joli disque où il évoque beaucoup sa famille.

Il nous l'a dit:

"Ma récente paternité n'a pas changé fondamentalement l'homme que je suis, mais j'ai remis de l'ordre dans mes priorités. J'ai réalisé que les personnes qui comptaient le plus pour moi, c'était ma fille, mon épouse, mes parents. J'avais peut-être occulté tous ces liens auparavant dans mes chansons. Mais dès que je me suis remis au travail, j'ai su que j'avais envie d'exprimer des sentiments plus que de raconter des histoires abracadabrantes."

Moustique l'a écrit: 

""D'une tonne à un petit poids" est un album qui respire la spontanéité et la passion artisanale. On y découvre aussi un papa poule qui n'a pas réponse à tout, un homme profondément attaché à ses racines et au petit monde qui l'entoure."

 

 

> Jeudi 17/7, Village Francofou, scène Proximus, 21h15.

 

Julien Doré

Le pitch

Après la poésie câline de "Bichon", notre Julien adoré se la joue fauve sur "Love", album solaire au groove carnassier qu'il a magnifiquement réussi à transposer sur scène. Son concert en février dernier au Cirque Royal était euphorique.

Il nous l'a dit:

"Beaucoup de choses que je réalise en tant qu'adulte sont rattachées de près ou de loin à ce que je ressentais gosse. Je suis fils unique, j'ai grandi en solitaire et je me suis très vite créé mon propre monde. Aujourd'hui, sans que j'y pense consciemment, ce monde peuplé de cow-boys, d'Indiens, d'animaux et de couleurs ressort dans mes chansons."

Moustique l'a écrit: 

"Un pied dans la variété populaire qui a bercé son enfance, un autre dans le rock anglo-saxon et, toujours, ce degré d'exigence qui le caractérise: avec "Love", Julien Doré dissipe définitivement les doutes qui pouvaient encore planer sur sa légitimité d'artiste."

 

> Vendredi 18/7, place de l'Hôtel de Ville, scène Rapsat, 19h00.

 

Hooverphonic

Le pitch

Passé du statut de groupe arty à celui de phénomène mainstream, le trio glamour profite de sa seconde jeunesse avec sa chanteuse Noémie Wolfs. Enregistré dans différentes demeures mises à disposition par leurs fans, leur dernier album "Reflection" respire la pop moderne et catchy.

Ils nous l'ont dit: 

"Notre chanteuse a beaucoup appris depuis qu'elle a intégré le groupe et ce n'est pas un hasard si sa voix occupe une place centrale sur "Reflection". Sa fraîcheur et sa jeunesse ont aussi eu le mérite de nous galvaniser."

Moustique l'a écrit: 

"Connu pour sa perfection, Hooverphonic montre aussi toute sa fragilité sur "Reflection" et rappelle qu'une bonne chanson peut s'arrêter après deux couplets, deux refrains et un pont."

 

 

 

> Vendredi 18/7, place de l'Hôtel de Ville, scène Rapsat, 20h45.

 

M

Le pitch

Son dernier album "Il" date de novembre 2011, mais Matthieu Chedid se rappelle à notre bon souvenir en live. Performer infatigable et guitariste exceptionnel, M nous avait déjà épatés à Forest National et aux Ardentes l'année dernière. Un retour qui fait plaisir.

Il nous l'a dit: 

"Ma guitare, c'est comme mon pinceau, ça me permet de mettre des couleurs funks, rock ou gitanes sur mes chansons. J'aspire à une approche de plus en plus universelle de la musique où le son et l'émotion ont autant d'importance que les mots."

Moustique l'a écrit: 

"Dans le jardin extraordinaire de Matthieu Chedid, Jimi Hendrix joue dans le garage de Ricky Banlieue, c'est récréation tous les jours et les adultes n'oublient jamais qu'ils ont été des enfants."

 

> Vendredi 18/7, place de l'Hôtel de Ville, scène Rapsat, 22h45.

 

Bernard Lavilliers

Le pitch 

A soixante-sept ans, le chanteur stéphanois a publié son vingtième album écrit comme un carnet de voyages. Des rites vaudous d'Haïti aux bars latinos du downtown de New York, de l'adaptation d'un texte du poète turc exilé Nazim Hikmet à la relecture deLa prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France de Blaise Cendrars"Baron samedi"explore à la fois le monde d'aujourd'hui et sa mémoire.

Il nous l'a dit: 

"Je ne sais pas quelle place j'occupe dans la chanson française mais c'est la mienne, sans doute un peu dans la marge, et je m'y sens bien. Je n'ai jamais dû me mettre à genoux pour la garder. Je ne fais pas partie d'une "bande" ou d'une "famille", ça n'a jamais été mon truc. Je ne suis pas un "vieux", plutôt "un ancien". J'existe toujours, j'écris, je fais des recherches, je reste en mouvement."

Moustique l'a écrit: 

"Si sa plume peut encore se faire poignard et que le regard reste vif, Bernard Lavilliers s'est assagi et met son âme poétique au service de ses voyages."

 

> Lundi 21/7, Village Francofou, scène Proximus, 18h30.

 

Notre Playlist 100% francophone

 

 

> Les FRANCOFOLIES DE SPA se déroulent du 16 au 21/7. www.francofolies.be

 

> Suivez-nous sur place grâce à notre blog spécial Festival!

Sur le même sujet
Plus d'actualité