Francofolies 2013 :Le Bilan

Organisateur des Francofolies, Charles Gardier caressait le rêve d'une vingtième édition placée sous le signe de la fête et du soleil. Ses vœux ont été exaucés. Sur le plan de l'ambiance, on a vécu cinq jours de folie avec des découvertes musicales, des concerts euphoriques, mais aussi des rencontres humaines au coin d'une scène ou d'un bar, des nuits qui n'en finissent plus, des bonnes vibrations et des décibel(ge)s un peu partout.

907031

Au total, 180.000 festivaliers (soit 20.000 de plus qu'en 2011 et 5.000 de moins qu'en 2010) ont assisté aux 183 concerts payants de cette édition anniversaire qui devrait permettre aux Francos de retrouver l'équilibre financier.

 

Comme d'habitude, la scène Pierre Rapsat a soufflé le chaud et le froid. C'était la toute grosse ambiance pour Pascal Obispo, Quentin Mosimann, Julien Clerc et Martin Solveig. Mais il y avait aussi très peu de monde pour suivre Ozark Henry, Saez et Black Box Revelation. Au village Francofou, par contre, ce fut la fête totale dès le premier jour. Comme à Couleur Café, à Werchter, aux Ardentes et à Dour, les artistes hip-hop ont été bluffants avec notamment des prestations extraordinaires de Youssoupha, Orelsan.

 

Puggy est bel et bien le groupe belge le plus populaire du moment et a signé un concert qui restera dans les mémoires. Non seulement BRNS, Benjamin Biolay, Daan, Lou Doillon et Raphael ont été brillants, mais ils ont passionné bien au-delà de leurs fans. Quant à Cali, qui en a encore fait des tonnes, il se plait tellement bien à Spa qu'il reviendra pour la quatrième fois d'affilée en 2014, cette fois comme parrain du Franc'Off. Ça ne l'empêchera pas d'escalader les barricades et de sauter dans la foule.

 

NOTRE TOP 5 CONCERTS

 

. Orelsan

. Youssoupha

. Puggy

. Benjamin Biolay

. BRNS

 

 

ON A AIME

 

. La simplicité et l'accessibilité de Puggy. Vraiment de chouettes mecs.

. La nouvelle configuration de la scène électro/hip-hop Elektropedia, l'accueil du public et des artistes et la programmation de Mathieu Fonsny qui est pour beaucoup dans le vent de fraîcheur soufflant sur le festival.

. La qualité de la scène hip-hop, hormis le pathétique JoeyStarr.

. La simplicité glamour de Lou Doillon.

. L'esprit familial du festival.

. L'attitude rebelle de Serge Lama qui s'en est pris aux invités des sponsors, plus là pour s'empiffrer que pour suivre les concerts.

. Le courage de Marc Radelet, responsable presse des Francos qui a perdu son papa au début du festival.

 

On a moins aimé

 

. Les bavardages incessants quand il y a trop de monde au village Francofou.

. Les bavardages incessants, même quand il n'y a pas de monde devant la scène Rapsat.

. La nouvelle arnaque de JoeyStarr payé pour rester une heure sur scène à boire des coups, gueuler et fumer des clopes.

. Le look t-shirt, veste Denim sans manche de Benjamin Biolay. On a failli le confondre avec un roadie de Status Quo.

. Le mec qui a massacré Johnny Hallyday pendant deux heures devant la fenêtre de notre hôtel quand on essayait de faire une sieste.

Sur le même sujet
Plus d'actualité