Francofolies 2011: Entre Medi… terrannée et Californie

Medi a grandi dans une cité HLM de Nice, dans les Alpes Maritimes, mais c'est un vrai citoyen du monde. Cela fait dix ans qu'il bourlingue aux quatre coins de la planète, animé d'une passion musicale sans limites.

41981

En Belgique, on le connaît surtout comme batteur de Charlie Winston, mais il a aussi bossé pour Mick Jagger (ça fait toujours bien sur un CV), officié au sein du groupe Medicine Show et joué comme musicien de session pour pléthore d'artistes. Mais cette fois, c'est sous son nom qu'il se présentait au public des Francofolies de Spa dans la foulée d'un premier album solo "You Got Me (Moving)" paru au début de l'année chez Universal.

Medi a laissé la batterie à son jeune frangin (même chevelure hippie, même jeu félin) et se présente derrière le micro avec sa gratte ou à l'orgue Wurlitzer. Il y a du swing dans sa musique, du groove dans le rythme et aussi du soleil californien dans ses ballades mid-tempo. Medi chante en anglais et ses compositions doivent autant au rock vintage de Lenny Kravitz, époque "Let Love Rule" (toutes les époques à bien y réfléchir) qu'à la soul de Stevie Wonder ou au rhythm and blues du label Stax. Nous avions trouvé son disque sympa mais un rien trop lisse.

En live, Medi se révèle beaucoup plus percutant. Il porte le sourire en guise de respiration et la -jeune- assistance du Village Francofous ne s'y est pas trompé en lui réservant la première ovation digne de ce nom en cette première journée de festival. – L.L.

Photos: (c) Julien Bosseler

Sur le même sujet
Plus d'actualité