Foxfire

Après Entre les murs, Cantet tire un nouveau portrait de groupe d’adolescents. Mais autre époque, autre lieu.

809489

Nous sommes dans une petite ville américaine dans les années 50. Le réalisateur français filme la fureur de vivre d’une poignée de filles qui entendent une bonne fois pour toutes s’affranchir d’une société machiste étouffante.

Pour se venger des humiliations subies chaque jour, elles créent un gang, le "Foxfire", mené par la plus rebelle d’entre elles, Legs. Prenant à l’évidence parti pour ses héroïnes, Cantet en perd son habituelle subtilité, et verse dans le manichéisme: les gamines sont le plus souvent confrontées à d’odieux personnages dont on attend qu’ils paient pour leurs exactions.

Mais derrière ce revenge movie à l’allure assez simple se cache un autre film. Celui d’une étude pour le coup extrêmement bien menée d’une contre-utopie féminine qui a le goût de la lutte des classes.

Tout y est, dépeint avec une précision chirurgicale, jusqu’à l’inévitable tragédie. Long et inégal, Foxfire est transcendé par la formidable Raven Adamson (Legs) dont la franchise contestataire fait heureusement sauter les coutures d’un scénario trop écrit.

Foxfire
Réalisé par Laurent Cantet. Avec Raven Adamson, Katie Coseni, Madeleine Bisson – 143′.

Sur le même sujet
Plus d'actualité