Fleetwood Mac sur du velours

La formation anglo-californienne a livré, ce 9 octobre 2013,  une emballante prestation en forme de best of dans un Sportaleis entièrement remis à neuf. On débriefe en 5 points

955857

#1 Une salle entièrement remise à neuf

Après avoir déjà réalisé un concert sold-out voici quatre ans dans la même salle, Fleetwood Mac a encore pu juger de son regain de popularité ce lundi dans un Sportpaleis plein à craquer qui inaugurait ses nouvelles installations. Avec ses multiples stands de restauration, sa pléthore de bars, des hôtesses d'accueil, la configuration de la salle et de la scène revues ainsi que sa nouvelle tribune,  il n'y a pas à dire: la salle anversoise a de la gueule  et le surnom de "bunker" qu'on lui affublait volontiers (et à raison) n'a plus de raison d'être.

#2 Fleetwood Mac en grande forme

Mais bon, nous, on n'était pas là que pour manger du hot-dog et boire des bières. On est venu  pour Fleetwood Mac et Fleetwood Mac nous a bien plu.  A commencer par l'ex-couple formé du guitariste/chanteur  Lindsey Buckingham et de Stevie Nicks particulièrement en verve ce lundi. Le groupe a repris la route mais bosse aussi sur du nouveau matos.  L'excellent Sad Pop chanté par Buckingham en début de concert  et déjà disponible sur iTunes est parfaitement à sa place dans une setlist en forme de best of.  Fleetwood Mac puise principalement dans ses trois meilleurs  albums sorti voici plus de trente ans et personne ne s'en plaint. Avec pas moins de sept extraits de "Rumours"  quatre de "Fleetwood Mac" et quatre encore de "Tusk"(4), l'ambiance était à la nostalgie même si on a vu avec beaucoup de plaisir de jeunes couples dans la salle.

#3 Le charme opère encore et toujours

Enrobée dans ses foulards et ses châles de bohémienne, Stevie Nicks parvient encore à faire fantasmer. Délicate en début de concert (Seconds Hands News, Dreams), sa voix retrouve progressivement magie et classe.  Et lorsqu'elle enchaîne Sisters Of The Moon et Sara, ce sont presque les larmes qui nous viennent aux yeux. Elle tourne sur elle même sur Stand Back,  avance à petits pas vers son ex, joue du tambourin,  réussit à faire pleurer Buckingham lorsqu'elle évoque son père sur Landslide et à faire rire le public à l'évocation de sa rencontre avec Mick Fleetwood en 72/73 (sur l'inédit Eyes Of The World écrit à cette époque).  Se servant sans abuser des écrans (ah ces images de majorettes sur le tribal Tusk), Fleetwood Mac met surtout en avant la musicalité de ses chansons aux charmes intemporels.  La section rythmique formée de Mick Fleetwood et de John McVie est impressionnante de précision. Quant à Buckingham, il a de la magie dans les doigts. Son jeu sur  l'acoustique Never Going Back Again et sur le final de l'électrique I'm so afraid ont ravi les vrais amateurs. A l'applaudimètre, c'est bien sûr Go Your Own Way (avec Stevie Nicks vêtue de son chapeau noir haut de forme comme à l'époque de "Rumours")  en fin de concert et Don't stop au rappelqui recueillent le plus de succès. Un beau moment, entre guilty pleasure et vrai divertissement.

#4 Le son et l'image du concert

Go Your Own Way joué au Sportpaleis d'Anvers

#5 La playlist du concert

Merci à Setlist.fm pour la playlist.

Sur le même sujet
Plus d'actualité