Fleetwood Mac – Rumours (édition Deluxe)

Marqué par les ruptures conjugales, les dépassements de budget et les excès de coke, le chef-d'œuvre du groupe anglo-américain est réédité pour son 35e anniversaire. Brillant et intemporel.

767891

"T’aimer n’est pas vraiment la meilleure chose à faire, tu peux t’en aller. T’en aller!" Ecrite par le guitariste Lindsey Buckingham et adressée à son ex Stevie Nicks qui devait l’interpréter, cette chanson  –Go Your Own Way– résume parfaitement le contexte particulier de "Rumours", l’un des albums les marquants de l’histoire de la pop et objet d’une magnifique réédition pour son 35e anniversaire.

Disque d’une époque, celle où "la drogue était la norme, l’insouciance la règle et les budgets illimités", "Rumours" a changé la vision de tous ceux qui l’ont écouté. Des milliers de lycéens sont tombés amoureux de Stevie Nicks enroulée dans ses foulards de gipsy woman.

Les plus machos d’entre nous ont versé des larmes en se lovant dans la ballade piano/voix Songbird interprétée par Christine McVie. Les profs américains ont dû accepter que leurs élèves écrivent à l’anglaise (avec un "u") le mot "rumor".

Un certain Bill Clinton a transformé "Don’t stop", sa chanson préférée de l’album, en hymne officiel de sa campagne présidentielle victorieuse en 1992. Et lorsque la Fox a diffusé en mai 2011 un épisode de la  série teenager "Glee" intitulé "Rumours" et comprenant six chansons tirées du disque, les téléchargements sur iTUnes ont explosé de 91%.

A ce jour, "Rumours" a dépassé les 40 millions d’exemplaires et cette nouvelle édition Deluxe comprenant CD original remastérié, inédits, live et exemplaire vinyle devrait encore affoler les charts.

En 1977, les membres de Fleetwood Mac sont très loin des vagues punk qui secouent alors le CBGB de New York ou les boutiques de Carnaby Street. Anglais et bluesy à son origine, le groupe s’est relocalisé sous les palmiers de Los Angeles et a intégré le couple américain formé de Lindsey Buckingham et Stevie Nicks.

Paru en 1975, leur album "Fleetwood Mac" leur  valu un méga-tube avec Rihannon et leur firme de disques a déroulé le tapis rouge pour son successeur. Enfermé dans une bulle hédoniste, le groupe est pourtant au bord de la crise de nerf. En procédure de divorce, le bassiste John Mc Vie et la chanteuse/claviériste Christine McVie ne se parlent plus.

De leur côté, Stevie Nicks et Lindsey Buckingham n’arrêtent pas de s’engueuler. Derrière ses fûts, le batteur Mick Fleetwood profite de chaque pause pour aller sniffer dans la cabine d’enregistrement. Malgré cette ambiance détestable, le groupe va signer ses plus belles chansons. "Nous étions coupés du monde. Mentalement et physiquement, nous connaissions la période la plus dure de notre existence et on ne s’est même pas rendu compte que les chansons qu’on écrivait ne parlaient que de nos problèmes. Et pourtant, plusieurs générations s’y sont identifiées", explique Christine McVie dans le making of DVD. 

Traitant de rupture (Go Your Own Way, Never Going Back Again, Dreams), de drogue (Gold Dust Woman), de liaison extra-conjugale (You Make Loving Fun, écrite par Christine McVie pour son amant, alors chef éclairagiste du groupe), "Rumours" est un disque intime qui touche au sublime. Et, oui, il en dit plus sur la société et reste plus subversif que le "Never Mind The Bollocks" des Pistols. Un must.

 

Fleetwood Mac
Rumours (édition Deluxe 3CD + DVD + vinyle)
Warner

Sur le même sujet
Plus d'actualité