Fête de la Musique: Manquait la petite flamme…

La météo et l'Euro ont ralenti l'élan des spectateurs.

407534

Des risques d’orages – qui ne sont jamais arrivés – en ouverture jeudi soir. Un certain France-Espagne samedi et le déluge dimanche.

Les organisateurs de la Fête de la Musique n’ont pas eu toutes les clefs en main pour transformer ce week-end musical en succès de foule massif. Vitrine de la Fête, la soirée organisée place des Palais, à Bruxelles, manquait cruellement d’une vraie tête d’affiche fédératrice.

Mais, comme toujours, l’ambiance et la qualité musicale étaient au rendez-vous sur les quelque 150 scènes réparties dans toute la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Et parfois même là où personne ne s’y attendait, notamment à l’Eden de Charleroi où le duo électro-chic Soldout s’est invité en dernière minute samedi soir pour lever un coin du voile sur son nouvel album à paraître fin de l’année. Une vraie surprise.

Barbara Carlotti

Pour nous, c’est le coup de cœur de cette édition. Belle, talentueuse, hors norme, généreuse et surtout de très bonne humeur, la Française a mis tout le monde d’accord vendredi soir à la Maison de la Musique.

Entourée de cinq musiciens, Carlotti enchante avec un répertoire interprété en français, mais qui voyage de la pop anglo-saxonne aux favelas de Rio (L’amour, l’argent et le vent), en passant par un petit détour électro (14 ans)et un hommage réussi (sa reprise du Message personnel que Michel Berger a écrit pour Françoise Hardy). A revoir aux Francos le 19 juillet et à la rentrée au Botanique (date à confirmer).

Great Mountain Fire

Partout, on les voit partout. Depuis la sortie de son premier album "Canopy", en mai 2011, il n’y a pas une scène de notre plat pays qui n’ait été foulée par l’attachante formation bruxelloise. Sans aller jusqu’à parler de consécration, cette prestation sur la place des Palais a confirmé que Great Mountain Fire est une sacrée machine à distiller de la bonne humeur et de la pop non formatée.

Sympa aussi, leur idée d’inviter tonton Dan Lacksman pour une reprise version 2.0 de Moskow Discow. "Ce soir c’est la folle ambiance",qu’ils chantaient. On les revoit à Dour le 12 juillet et aux Francofolies le 22 juillet.

Mademoiselle Nineteen

Elle prend de l’assurance Juliette Wathieu, alias Mademoiselle Nineteen. Présente à Bruxelles vendredi et à Liège le lendemain, la lolita de l’écurie Freaksville est croquante dans ses sucreries pop bubble-gum qui prennent une délicieuse tournure rock sur scène.

Un bon groupe, moins (voire quasi plus du tout) de séquences préenregistrées, des refrains yéyé et des sourires communicatifs… Que demander de plus? Un beau moment. On la revoit aux Francos le 22 juillet.

Dan San

Argument charme et folk de la programmation du Carré de Moscou, sur le parvis de Saint-Gilles, Dan San a réussi à réchauffer le public avec les mélodies douces et tout en musicalités de leur premier album "Cracks". Ni la météo digne de la Toussaint ni le manque d’affluence n’ont empêché David Bartholomé de faire le pitre avec sa bande de joyeux drilles. Ici aussi, à l’éclectisme des styles présentés aurait pu peut-être s’ajouter un groupe qu’on a moins l’habitude de voir.

Photos: Bernard Babette

Sur le même sujet
Plus d'actualité