Festival de Cannes: Vinterberg en grande forme

Les paris sont une spécialité cannoise. C'est à qui devinera le plus tot quel sera le film primé par la prestigieuse Palme d'or. Aujourd'hui, les pronostics sont clairs.

388583

Trois films se démarquent clairement: Beyond the hills de Mungiu, Amour de Haneke et La chasse de Vinterberg. Et ce avant l'arrivée de quelques gros calibres en fin de semaine: On the Road de Walter Salles ou le Cosmopolis de Cronenberg. 

Perso, on a été impressionnés par le film de Vinterberg. Quatorze ans après Festen (oh, la claque…), le réalisateur danois adepte du dogme a rangé sa tremblote au placard. Aujourd'hui, il cadre proprement, cherche la belle photo. Mais il continue d'être dérangé.

L'histoire en deux mots. Un homme (Lucas) travaillant dans la crèche d'une petite ville danoise va être accusé à tort (on le sait dès le début) de pédophilie. Suite aux mensonges d'une petite fille, il va être accusé, arrêté, rejeté. Et insidieusement, violemment, va se refermer sur lui l'étau de sa culpabilité.

Et c'est pratiquement tout le village qui va organiser ce qu'il convient d'appeler une chasse à l'homme… Dérangeant. Vinterberg, rencontré hier, commente: "Les affaires de pédophilie ont modifié nos rapports aux enfants. Nous ne les touchons plus, ne les embrassons plus. Nous y avons perdu beaucoup. Dans Festen, je parlais de la méchanceté et la lâcheté des adultes. Ici, je parle du fait que les enfants ne sont pas innocents, qu'ils mentent. Ca ne plaira pas à tout le monde bien sur… Mais c'est un point de départ passionnant pour un film. Il n'y a plus d'innocence." Vinterberg est enfin de retour en grande forme. On ne s'en plaindra pas… 

Sur le même sujet
Plus d'actualité