Enfance clandestine

Rarement un film aura aussi bien porté son titre. Puisque nous sommes bel et bien aux prises avec un enfant qui ne peut pas dévoiler sa véritable identité.

858665

Fils d’un couple d’opposants à la junte militaire argentine dans les années 80, Juan porte un nom et une vie d’emprunt. Secret qui pèse des tonnes et qu’il ne peut révéler à personne, puisque la moindre erreur serait fatale à toute sa famille.

Et même s’il accumule parfois les flash-back embués et les scènes forcément pas drôles, Enfance clandestine réussit le double pari de proposer un récit d’apprentissage à la fois très fort et réaliste.

Tout en témoignant de la vivacité du cinéma sud-américain en compagnie de l’excellent No sorti voici quelques jours.

Enfance clandestine
Réalisé par Benjamin Avila. Avec Ernesto Alterio, Natalia Oreiro, César Troncoso – 110’.

Plus d'actualité