Endless River, le chef-d’oeuvre ultime de Pink Floyd

Nous avons écouté le nouveau Pink Floyd dans son intégralité. Présenté comme l'ultime album du groupe, "The Endless River" est un chef-d'œuvre qui réussit le challenge de rivaliser avec "Meddle" ou "Atom Heart Mother" tout en sonnant contemporain. La grosse claque.

1203869

Annoncé comme un hommage à Rick Wright, claviériste du groupe décédé en 2008, et aussi comme l'ultime album de Pink Floyd, "The Endless River" sort le 7 novembre prochain et s'annonce déjà comme l'un des meilleurs disques de l'année. Nous avons eu l'opportunité d'écouter le seul exemplaire de "The Endless River" actuellement disponible en Belgique. Il est enfermé – on n'est jamais trop prudent!- dans un coffre-fort chez Warner Belgium.  Autant l'écrire tout de suite: dès les premières secondes, toutes nos craintes "d'un disque fait de bouts de ficelles" ont été balayées. "The Endless River" sonne à la fois comme un nouvel album de Pink Floyd, un disque contemporain s'adressant à une nouvelle génération de geeks, et un classique à situer pour ses influences progressistes/psyché aux côtés de "Meddle",  "Atom Heart Mother" voire "Ummagumma".

"Ce projet a commencé lorsque nous avons réécouté plus d'une vingtaine d'heures de bandes inédites que nous avions enregistrées en 1993 lors des sessions de "The Division Bell", notre dernier album",  explique dans un communiqué de presse David Gilmour, guitariste de Pink Floyd. "De ces bandes, nous avons extrait la matière de notre nouvel album et nous avons enregistré de nouvelles parties durant l'année dernière.  Il n'y a pas vraiment de concept autour d'un thème principal. Le seul concept, c'est Rick, Nick (Nick Mason, le batteur, – ndlr) et moi qui jouons ensemble et qui y prenons beaucoup de plaisir. C'est aussi une manière de reconnaître aujourd'hui tout ce qu'a apporté Rick Wright et que nous avions parfois, y compris moi, tendance à sous-estimer."

"The Endless" River sera proposé en téléchargement, en format CD, double vinyle et Blue-Ray. Pour que l'expérience soit totale, c'est clairement vers le format physique que vous devez vous dirigez. Orfèvres du son, Pink Floyd vous invite ici à un trip musical qui s'écoute les yeux fermés sur une chaîne hi-fi de qualité et dont on revient complètement sonné. "The Endless River" dure cinquante-cinq minutes. Il est divisé en quatre parties (Side 1, Side 2, Side 3, Side 4), elles-mêmes déclinées en différents mouvements.  Hormis le single Louder Than Words, dont les paroles ont été écrites par Polly Samson, romancière, journaliste et épouse de David Gilmour, et la plage Talkin" Hawking qui sample la voix de l'astro-physicien Stephen Hawking (déjà présent sur "The Division Bell), l'album est exclusivement instrumental.

Même si la plupart des esquisses jouées aux claviers datent des sessions de "The Division Bell",  "The Endless River" est plus proche de ce que proposait le groupe dans sa période rock prog' et psychédélique du début des années septante. Bruits de foule, nappes de piano, guitares acoustiques, solos électriques et batterie lâchant des pulsations torturées tapissent les quatre plages dans des collages savants mais toujours mélodiques. C'est beau, captivant, moderne et surtout admirablement bien produit. Sur la Side 2, on entend un orgue majestueux, celui du Royal Albert Hall, à Londres, sur lequel Rick Wright avait improvisé en 1968.  La Side 1 se conclut, elle, par des bruits de précipitations météorologiques enregistrées voici quelques mois par David Gilmour depuis sa péniche qui mouille sur la Tamise. Certaines parties de guitare rappellent la progression dramatique de "Wish You Where Here",  les effets sonores sur les claviers de Rick Wright  nous replongent dans l'intensité du majestueux Echoes (de l'album "Meddle" en 1971), Nick Mason cogne sur ses fûts comme dans le Live à Pompéi et il y a aussi des bidouillages que n'auraient même pas osé Thom Yorke ou Aphex Twin sur leurs récentes productions. Quand on avait lu que David Gilmour présentait "The Endless River" comme "l'album du XXIè siècle de Pink Floyd", nous avions presque souri. Notez qu'il n'a que partiellement raison. "The Endless River" est un disque du passé, du présent et du futur. C'est  surtout un album indispensable pour les vrais amoureux de musique.

Sortie mondiale le 7 novembre

Sur le même sujet
Plus d'actualité