Emilie Simon – Franky Knight

Chaque fois que nous avons rencontré Emilie Simon, nous avons été tenté - sans jamais oser - de lui parler d'Audrey Tautou. Entre la chanteuse et la comédienne, il y a en effet bien plus qu'une ressemblance physique.

146078

Même charme végétal dans l'attitude, même simplicité dans le propos, même intelligence sur le fond, même intonation dans la voix. Le destin – fabuleux destin! – a enfin réuni ces deux brunes qui comptent. La plupart des dix titres s'abritant sur le nouvel album d'Emilie Simon, "Franky Knight", composent aussi la bande-son de La délicatesse, l'adaptation cinématographique du best-seller de David Foenkinosdans lequel Audrey Tautou tient le rôle principal. Réalisé par Stéphane et David Foenkinos, La délicatesse sort sur nos écrans le 21 décembre.

"Ces deux projets se sont télescopés, nous explique Emilie Simon. Initialement, j'avais commencé à composer des morceaux parce que j'avais simplement besoin d'exprimer en musique tout ce que je ressentais après la perte de mon compagnon (François Chevalier, ingénieur son et producteur décédé en 2009 – NDLR).

C'était comme une déclaration d'amour. Dans les textes, les arrangements et les textures sonores, je recherchais ce qu'il y avait de plus lumineux. Sur fond d'une douleur profonde, j'essayais de faire ressortir cette idée que l'amour finit toujours par triompher. Je me demandais ce que j'allais bien pouvoir faire de ces chansons lorsque les frères Foenkinos m'ont approchée pour réaliser le soundtrack de La délicatesse.

Ce fut une expérience palpitante mais aussi troublante car il y a de nombreux parallèles entre ce qu'avait vécu l'héroïne du roman et ce que j'avais vécu moi-même."

Cinéphile qui fonctionne à l'émotion depuis qu'elle a vu, adolescente, West Side Story, Emilie Simon s'était déjà fait remarquer avec la B.O. du film La marche de l'empereur, récompensé d'une victoire de la musique en 2008.

Avec "Franky Knight", elle propose son album le plus diversifié. Emilie passe ainsi de l'anglais au français, marie cordes et cuivres sur les deux plages les plus bombastiques du disque (Mon chevalier, Franky's Princess), ajoute, ici, une pointe d'électro ou se contente, là, d'un piano classique. Et quand ce prodige électro-pop chante "je t'aime, je t'aime, je t'aime" sur le final, elle est tout simplement bouleversante.

 

 

Emilie Simon
Franky Knight
Universal

Sur le même sujet
Plus d'actualité