Elle ne pleure pas, elle chante

Le lourd poids de l'inceste. Un sujet vu et revu, mais pour son premier film, le Belge Philippe de Pierpont le traite avec pudeur et sobriété.

39565

Tiré du roman homonyme d'Amélie Sarn, Elle ne pleure pas, elle chante conte l'histoire d'une femme qui se libère en se racontant. Cette jeune femme, c'est Laura. Qui apprend que son père est tombé dans le coma et refuse de le laisser partir sans lui avoir tout dit. L'histoire d'une renaissance. D'une femme meurtrie qui se libère de ses blessures en disant tout ce qu'elle a sur le cœur à son gros porc de père qui l'a violée durant toute son enfance. Sans tomber dans le mélo, ce grand déballage auquel on assiste est d'une telle finesse qu'il touche profondément. Son aspect théâtral, ses personnages désincarnés et ses maladresses de jeunesse ne désensibilisent en rien ce drame secouant. Et on aime Erika Sainte! 

Elle ne pleure pas, elle chante
Réalisé par Philippe de Pierpont (2010). Avec Erika Sainte, Jules Werner, Marijke Pinoy – 88'.

<iframe allowfullscreen= » » frameborder= »0″ height= »272″ src= »http://www.youtube.com/embed/yHi3EgwouS8″ width= »425″></iframe>

Sur le même sujet
Plus d'actualité