Effets secondaires (Side effects)

Soderbergh livre un thriller classieux sur le milieu des psychiatres.

834937

Après cinq films en trois ans (Girlfight, Magic Mike et même quelques scènes de Hunger Games), le réalisateur culte de Sexe, mensonges et vidéo, Erin Brockovich, Traffic ou la série des Ocean’s a annoncé sa préretraite.

Administrez-vous une dernière dose avant qu’il ne mette sa menace à exécution. Les effets secondaires sont garantis. Avec une aisance toute hitchcockienne (l’ouverture du film est clairement un clin d’œil à Psychose), Soderbergh s’amuse à balader le spectateur dans un scénario noir tenu par quatre personnages bien trempés, qui ne sont jamais qui ils paraissent.

Une jeune femme sujette à de forts accès de dépression (l’angélique et sexy Rooney Mara) retrouve son compagnon fraîchement sorti de prison pour fraude financière (le très musclé Channing Tatum, qui collabore pour la troisième fois avec Soderbergh).

Pour soigner sa déprime chronique, elle se fait administrer par son nouveau psychiatre (Jude Law, toujours excellent) un nouvel antidépresseur aux effets secondaires encore inconnus, mais qui devrait rapporter gros aux médecins qui l’ordonnent. Lorsque la jeune femme devient incontrôlable, le psychiatre va devoir se défendre.

Et mener l’enquête sur sa troublante patiente. Notamment auprès de son ancienne thérapeute (Mrs. Zeta-Jones). Reprenant – là encore – les thématiques hitchcockiennes de la femme au double visage et du faux coupable, Soderbergh prend un plaisir fou à nous dérouter avec une coolitude qui lui ressemble.

Parce qu’il n’est jamais dans le pastiche cinématographique, et que ses thématiques sont bien celles de notre temps. Celles d’une Amérique sous médocs, où la question de la responsabilité semble diluée dans des systèmes mondialisés et déshumanisés.

Jude Law étonne (encore une fois) en jeune psy vindicatif et arriviste qui finit par se rebiffer. Catherine Zeta-Jones joue à merveille la manipulatrice, et Rooney Mara séduit totalement en jeune femme instable.

On s’attend à un portrait de femme dépressive, et on vire dans le thriller psychologique à rebondissements. Soderbergh prouve qu’il est un grand entertainer, et qu’en plus il a des choses à dire. Vous auriez tort de vous en priver.

Effets secondaires/Side effects.
Réalisé par Steven Soderbergh. Avec Rooney Mara, Channing Tatum, Jude Law, Catherine Zeta-Jones – 106’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité