Ecoutez High Hopes de Bruce Springsteen!

 Comme Daft Punk ou Beyoncé, le nouvel album de Bruce Springsteen "High Hopes" s'est retrouvé sur la Grande Toile deux semaines avant sa sortie officielle, prévue ce 14 janvier. Le disque a été mis en ligne "par erreur" le 28 décembre sur la plate-forme de vente en ligne Amazon. Amazon a reconnu son erreur et a retiré quelques heures plus tard le contenu de "High Hopes", mais toutefois pas assez rapidement pour empêcher les accros du Net de télécharger les chansons et les diffuser. Coup de marketing ou grossière maladresse? On s'en fout un peu. Comme chez Beyoncé, mais dans un autre genre, la réussite est au rendez-vous. Et une chose est sûre: les vrais fans du Boss ne se contenteront pas de fichiers MP3 et se rueront à raison sur l'album.

1011874

Ce dix-huitième enregistrement studio est un projet quelque peu hybride. Selon l'aveu même de Bruce Springsteen, il est né sous l'impulsion de Tom Morello, guitariste de Rage Against The Machine, qui avait accompagné l'E Street Band sur le volet australien de la dernière tournée du patron. Mélange de reprises, de maquettes (sur lesquelles on peut entendre les dernières notes du saxophoniste défunt Clarence Clemons et de l'organiste Danny Federici) et de nouvelles chansons, "High Hopes" n'a pas vraiment de fil conducteur mais ne déçoit jamais. Au rayon des réussites, on pointera le single High Hopes, chanson folk à son origine mais revitalisée ici par le jeu de guitare de Morello. Springsteen et Morello s'éclatent également sur Dream Baby Dream,reprise du duo électro-punk Suicide ainsi que sur la relecture de l'épique Just Like Fire Would, du groupe australien The Saints. Inspiré du roman Les raisins de la colère de John Steinbeck, The Ghost Of Tom Joad (déjà paru sur l'album solo de Sprinsgteen du même nom en 1995) garde toute son intensité dramatique tout comme American Skin (41 shits)déjà bien connu des fans. Entre country (Frankie Fell In Love avec ses belles notes de violons), influences bibliques (Hunter Of Invisible Game) et rock plus caverneux (The Wall, rien à voir avec Pink Floyd), Springsteen impose par ailleurs sa vision en clair-obscur de l'Amérique contemporaine. Au final, "High Hopes" s'inscrit comme la juste prolongation du flamboyant "Wrecking Ball" paru voici deux ans. – L.L.

HIGH HOPES, Bruce Springsteen, Sony.

Ecoute gratuite et exclusive avec notre partenaire Deezer.

Sur le même sujet
Plus d'actualité