Drogues: l’été de tous les dangers

L'ecstasy profite des festivals pour effecteur son grand retour. En version king size et parfois mortelle. Fléau ou fait de société irréversible? Vendeurs, consommateurs, flics et associations de terrain témoignent.

1152393

Festival de Dour, vendredi soir. Les métalleux terminent de débrancher leurs jacks et les machines envahissent la Plaine de la Machine à Feu. Sous les flashs stroboscopiques de la Cannibal Stage, LFO, la légende vivante de la techno made in UK, démarre son set. Et les clubbers, leur petit manège. Le mec devant nous trempe et retrempe son doigt dans un sachet de MDMA, celui d'à côté, t-shirt à l'effigie de Carl Cox, gobe une pilule verte. Pendant qu'un troisième à proximité s'envoie un rail de coke sur le dos de la main en plein milieu du dancefloor. "C'est vraiment la folie cette année , remarque un confrère, chroniqueur sur le festival depuis cinq ans. Les dealers ne se contentent même plus de vous en proposer, ils vous plaquent carrément leur pacson d'ecstasy sur la gueule!"

Ecstasy? Le mot est sur toutes les lèvres. Eclipsées ces dix dernières années au profit du MDMA, c'est-à-dire le même principe actif, mais sous la forme de poudre, ces pilules bigarrées font désormais leur grand retour. En version XXL… "J'ai des excellentes Mitsubishi qui contiennent 140 mg de MDMA" , lâche sans complexe Alex, 24 ans. Avant de nous montrer ses comprimés triangulaires de couleur bleu pâle. "Et si vous voulez, je peux même vous avoir des Wifi de 200 mg!" De mémoire de vieux teuffeur, Manu, 37 ans et la mâchoire en transe, n'avait plus vu une telle dose de cheval depuis la fin des années 90.

Confirmation de la tendance par Modus Vivendi, l'ASBL de référence en matière de prévention des risques liés à l'usage des drogues. "L'ecstasy réapparaît sur le marché européen et nous recevons pas mal d'alertes concernant des pilules fortement dosées" , avertit Catherine Van Huyck, directrice de l'association. Avant de pointer l'absence d'infos fiables sur ces pilules vendues au marché noir. "Quand vous achetez du paracétamol, vous savez que c'est 500 mg ou 1 g. Ici, vous ne connaissez absolument pas la concentration en principe psychotrope. Ces comprimés ultra-puissants représentent donc un danger potentiel pour les personnes qui n'ont pas l'habitude d'en consommer."

Monkey bleue, papillon rose ou Nike verte?

Or, l'ecsta est un produit que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Ou très peu. Et, on le sait, chaque nouvelle drogue qui débarque sur le marché suscite bien souvent un effet de curiosité. "C'est sûr, c'est plus fun de consommer ces pilules aux logos de marques ou de super-héros , confirme Fadi, étudiante en première année d'architecture. Mais c'est surtout bien plus facile à planquer et à consommer que la "MD"!" L'inconvénient? Le MDMA en poudre permet de mieux doser ses prises alors que la pilule d'ecsta se prend bien souvent en une seule fois. Alors, vu son côté ludique et l'apparente inoffensivité dégagée par ces petits comprimés colorés, on imagine les conséquences d'une toute première expérience. Surtout si on rajoute une bonne dose d'alcool et quelques pétards à ce cocktail Molotov…

Dossier, experts et témoignages dans le dossier du Moustique de ce 30 juillet 2014.

Sur le même sujet
Plus d'actualité