Dour 2013: The (Rocky) Horrors (Picture Show)

La dernière fois qu'on a croisé The Horrors à Dour, le chanteur Faris Badwan se promenait avec un pavé dans la main.

904861

Il était un peu fou. Il sautait partout. Les autres musiciens se défonçaient comme des corbeaux énervés.

 

En 2013, terminés les riffs psychotiques, le cuir et les mines blafardes : The Horrors joue pleinement la carte new wave et s’abandonne aux mélodies éthérées. Sous la Jupiler X Marquee, le groupe anglais se concentre sur ses deux derniers albums ("Primary Colours" et "Skying").

 

Moins rock'n'roll, plus atmosphérique, leur musique voit toujours la vie en noir: pas beaucoup d'espoir, mais un beau coup d'un soir.

Sur le même sujet
Plus d'actualité