Dos au mur (Man On A Ledge)

Voici la preuve qu’il ne faut pas nécessairement en faire des tonnes pour arriver à un bon résultat. Dos au mur est un petit film qui n’invente rien mais s’approprie et recycle parfaitement tous les codes d’un bon suspense.

224385

Au programme: ancrage dans la réalité (en l’occurrence la crise financière), rebondissements à intervalles réguliers pour garder le spectateur en état d’alerte, quelques fausses pistes et ce qu’il faut de sensualité torride (grâce à Genesis Rodriguez) pour assurer le repos du guerrier. Le tout à la lumière d’une histoire assez originale: un ancien policier devenu lui-même fugitif se retranche sur la corniche d’un immeuble et exige la présence d’une négociatrice d’expérience sous peine de faire le grand saut.

Petit à petit, celui que l’on prenait pour un simple déséquilibré va mettre en marche un processus subtil pour tenter de montrer qu’il n’est pas l’homme à abattre.

Pas d’orgasme rétinien au programme, et encore moins de prouesses de mise en scène. Mais une réalisation dynamique et quelques scènes dynamite portées par des acteurs véloces. Revenu du bleu d’Avatar, Sam Worthington imprime un rythme dynamique à cette série B gris foncé, bien épaulé par Jamie Tintin Bell, visiblement à l’aise dans tous les registres.

Voilà donc un thriller classique mais qui s’assume en tant que divertissement où l’on ne se tape pas la tête contre les murs pour comprendre.

Voir les salles où ce film est à l’affiche

Dos au mur (Man On A Ledge)
Réalisé par Asger Leth (2011). Avec Sam Worthington, Elizabeth Banks, Jamie Bell – 102’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité