Dodo la Saumure: « Ma devise, c’est cul et culture »

Les gros remous provoqués par l’affaire DSK ont mis sous les projecteurs un personnage habitué à l’ombre: Dominique Alderweireld alias "Dodo la Saumure". Rencontre avec un maquereau, dans son jus.

737069

[…]

Ça fait quoi d’être le proxénète le plus connu d’Europe?
Dodo – Ah, attention, même si j’assume mon métier, je ne suis pas un proxénète! Mais la célébrité est plutôt agréable: on me demande de signer des autographes ou de participer à des émissions de télévision. Sans cette histoire, je n’aurais jamais rencontré Jacques Attali, par exemple.

Si vous n’êtes pas proxénète, qu’est-ce que vous êtes?
Dodo – Je passerai en jugement en mars prochain devant la cour d’appel de Mons parce que je conteste ma condamnation de juin dernier pour proxénétisme. Celle-ci était l’aboutissement d’une forme d’acharnement d’un policier de la brigade des mœurs de Tournai. Un gars qui m’a pris en grippe, moi et Béatrice, ma compagne, parce qu’on n’était pas forcement d’accord avec ce qui lui semblait être un droit lié à ses fonctions: coucher avec des prostituées gratuitement. Ça s’est envenimé, l’alcool aidant, il en venait à nous menacer: "Je vais te fumer, toi et ta morue". Ce genre de choses, vous voyez? Je lui disais qu’il avait bien tort de manquer de respect à une profession qui, vu son charme naturel et son physique, représentait sa seule chance de fréquenter le beau sexe… Bon, voilà, j’ai bon espoir. Je suis quelqu’un de correct: je n’ai jamais forcé qui que ce soit, et les filles sont rétribuées correctement dans un environnement sécurisé et agréable. D’ailleurs, voyez vous-même. Je n’ai pas inventé la prostitution, elle existe depuis toujours. Mon boulot, c’est de l’organiser et je le fais de la manière la plus juste…

Combien prenez-vous sur les prestations?
Dodo – Je prends 60 % sur les boissons et 50 % lorsqu’une fille monte. Donc, lorsqu’un client commande une bouteille à 200 euros, la fille en garde 80 et sur ce qu’elle fait, elle en garde 40. Mais c’est moi qui paie la publicité, les boissons, le loyer, le chauffage, l’électricité, la blanchisserie. C’est moi qui fournis les meubles, les consommables et qui m’occupe de l’administration. Nous sommes organisés en SPRL. Et bien sûr, nous payons des impôts, les lois sociales, etc.

C’est assez comparable à ce qui se passe dans une galerie d’art.
Dodo – Oui, on peut voir ça comme ça: le galeriste paie les frais de vernissage, le champagne, les petits-fours, l’envoi des invitations. Il fournit l’endroit, sa galerie, et il prend 50 % lorsque l’artiste vend une toile. Evidemment, ici, il s’agit d’un autre type de talent…

[…]

Vous pensez ouvrir un établissement à Néchin, le lieu de résidence de Gérard Depardieu? Ce n’est jamais qu’à 10 kilomètres…
Dodo – Il n’a pas foutu le camp en Russie? Non, de toute façon, il n’y a pas assez de passage à Néchin. Il faut des grands axes. Et puis, je n’ai aucune envie de le rencontrer. Il déconne, là. Remarquez, ce qu’il fait est quand même moins grave que DSK. Pour se présenter au suffrage des Français, il faut quand même incarner une certaine morale. Celle de Depardieu est discutable, mais lui, au moins, n’est pas un homme politique. C’est un grand acteur et puis c’est tout.

Sur le même sujet
Plus d'actualité