Docteur Rafto: Le docu façon Dr House

Filmer la réalité en utilisant les ficelles de la fiction hollywoodienne. Il fallait oser. Le résultat est exceptionnel.

19933

C’est un électrochoc. Durant un an, une équipe de télé a suivi un neurochirurgien dans son hôpital. Et ça décoiffe! A mi-chemin entre le feuilleton et la documentaire, RTL dévoile un ovni télévisuel. Le premier épisode de cette série en quatre volets est une pure réussite. Ames sensibles, ne pas s’abstenir… Si ce docu-fiction est une grande première pour RTL, de nombreuses chaînes se sont penchées sur le sujet bien avant elle. France 3, Arte, la VRT… Sans oublier la BBC qui programme régulièrement ces « feuilletons documentaires » en prime time avec des pics de plus de 13 millions de fidèles. L’exercice de style n’est pas inédit, mais il est super casse-gueule. En jonglant avec le réel et la fiction, on finit souvent par faire de la téléréalité bidon… Ici, c’est tout le contraire. « Je voulais voir de vrais héros en prime time et pas que des salauds », lâche le journaliste et producteur Georges Huercano-Hidalgo.

 Encore fallait-il trouver le bon compromis. Arriver à filmer une clinique belge comme on shoote une série médicale à Los Angeles. Et emballer les téléspectateurs qui boudent d’habitude les documentaires scientifiques pour les feuilletons US ou français. Une mission d’autant plus difficile lorsqu’on se met en tête de disséquer en prime time une science aussi complexe que la neurochirurgie! Alors, quand la réalité n’est plus assez télégénique, on appelle la fiction à la rescousse. Avec ses très gros plans, ses couleurs saturées dignes de la série Urgences, sa voix off ultra-pro et son habillage sonore omniprésent, ce documentaire est un savant mélange entre fiction et réalité. « Ces codes d’écriture bien connus des téléspectateurs devraient nous permettre de rassembler un max de monde sur un exercice qui n’est pas super-évident », commente fièrementStéphane Rosenblatt, patron de la chaîne privée. Restait encore à trouver un hôpital qui accepte la présence des micros et des caméras dans ses blocs opératoires, et un toubib de choc pour camper le personnage principal.

Le Dr House belge?

Et quel personnage! Christian Raftopoulos – Rafto pour les intimes – est ce nouveau super-héros. Chef du service neurochirurgie des cliniques universitaires Saint-Luc, le « boss » est une sommité mondiale. Et le rôle principal tout trouvé pour ce docu-soap médical… Il suffit de le voir descendre de sa Porsche avec son polo Lacoste. On le prendrait presque pour le séduisant Dr Christian Troy de Nip/Tuck. Mais ce dandy du bistouri aurait plutôt le caractère du Dr House… « Je n’ai jamais vu un seul épisode, se défend « Rafto ». C’est RTL qui fait cette comparaison… Et aujourd’hui, on me demande même si je suis morphinomane comme lui! Je ne pense pas avoir beaucoup de ressemblances avec ce héros de fiction. Je suis peut-être directif mais je n’insulte jamais personne. Et contrairement à certains chirurgiens, je n’ai jamais lancé d’instruments à la figure de mes assistants! »

 Reste que son humour cinglant fait des ravages auprès de ses collègues de travail. « Euh, c’est moi qui suis pressé ou c’est vous qui êtes lents? » martèle notamment le Doc à son team de choc. La neurochirurgie est sa seule passion et Rafto exige qu’on la pratique à la perfection. Exigeant, et puis aussi un poil mégalo, voire un brin misanthrope… Sans oublier cet air de ne jamais y toucher. « En fait, je n’aime pas opérer. Ouvrir le crâne des gens ne m’excite pas plus que ça. Et si je pouvais dessiner des maisons aussi bien que je soigne un cerveau, je ferais architecte. » Même pas modeste…

Retour à l’Ordre…

Anévrisme, traumatisme crânien, tumeur, hernie discale…, à chaque pathologie, un nouveau visage. Car ce documentaire construit comme un feuilleton dresse également le portrait de plusieurs personnages secondaires attachants. Comme Jessica, atteinte d’un syndrome qui favorise l’apparition de tumeurs au cerveau, dans les reins, sur la colonne ou derrière les yeux. A 30 ans, la jeune femme en est

Sur le même sujet
Plus d'actualité