Devious Maids – Les domestiques hispaniques astiquent

Remake d'une telenovela mexicaine, Devious Maids s'inscrit dans le prolongement de Desperate Housewives. C'est signé du même scénariste - Marc Cherry - et c'est toujours entre cruauté et amusement.

1050540

Merci. Mais, non merci. Quand Marc Cherry s'est vu proposer d'adapter la telenovela mexicaine Ellas son… la alegría del hogar , sa première réaction fut de décliner l'offre. La faute à une désagréable impression de déjà-vu. Le projet en question – qui par la suite allait devenir Devious Maids – s'apparentait en effet considérablement, à ses yeux, à Desperate Housewives. Cette fresque retentissante qu'il avait chapeautée pendant huit années, et dans laquelle il explorait la vie de plusieurs banlieusardes, en proie aux cancans et aux multiples mystères venus parasiter leur quotidien.

"On m'a montré un clip promotionnel de la production originale , se remémore Cherry. Ça ressemblait trop à ce que j'avais déjà conçu. Dans le sens où il y avait un narrateur, cinq arches scénaristiques et une énigme." Mais voilà. La possibilité de transposer à la sauce américaine l'histoire de ces cinq femmes de chambre d’origine latine, œuvrant pour le compte de riches familles, l'a dès lors taraudé. Pour la simple et bonne raison que Cherry a démarré sa carrière à Hollywood, à l'âge de 25 ans, en tant qu'homme à tout faire de deux vedettes (Hal Holbrook et Dixie Carter), qui vivaient alors dans le quartier chic de Bel Air, à Los Angeles.

La suite dans le Moustique du 5 mars 2014

Voir la bande-annonce

Sur le même sujet
Plus d'actualité