Dernier coup d’oeil dans le rétroviseur de The Voice, les blinds

Alors que les audiences connaissent leur première baisse sérieuse de la saison (-35.000 personnes et 2% de parts de marché), Place à présent aux duels après les 3 derniers coups de coeur de Sébastien Ministru. Débrief.

1301179

1. Amélie Willame

Qui clôture la session des lives alors que les équipes sont toutes complètes et que l'on s'attend à un extra buzz qui devrait mettre un peu de tension dans un prime qui – sans être gentil – était moins pire que celui de la semaine dernière, mais plus "liquidation totale" que celui de la semaine prochaine. Et vous savez quoi? Non? L'extra buzz de fin de partie, juste avant la fermeture des guichets? Quoi? Ben, on l'a eu! Quel suspens! Quelle scénographie! A côté, "Thriller" de Michael Jackson, c'est les Télétubbies qui manifestent pour la Cara Pils. Amélie s'installe donc à la treizième place dans l'équipe de Stanislas et boucle en beauté le tour de chauffe (le deuxième la concernant puisqu'elle avait été recalée lors de la saison 2) en offrant un feu d'artifice de buzz et de fauteuils en délire. Sa version de As Long As You Love Me de Justin Bieber a convaincu les quatre coachs qui se devaient de quitter la scène des blinds la tête haute et en ne passant pas à côté de cette fille qui possède un vrai contrôle et une voix très émouvante. Elle a fait un truc soyeux à partir d'une chanson niaise – ce qui suppose qu'elle pourrait cartonner en chantant la liste des courses – ce qu'on ne lui souhaite pas.

2. Charlotte Louis

Si Amélie a clôturé le prime, Charlotte Louis l'ouvrait. Vous commencez à comprendre la tactique? Une bonne en arrivant, un très bonne en partant, et le bazar est emballé cadeau. Charlotte, 17 ans (l'âge fétiche de cette saison 4), a un timbre étonnant que le stress a peut-être rendu un peu flotti-flottant mais c'était joli ce qu'elle a fait avec sa chanson d'Alex Clare – Too Close. De là à dire qu'on tient la gagnante, moi – je ne m'aventure plus dans ce genre de pronostic émotionnel, sachant que je me suis ramassé sur Lubiana Kepaou en saison 1, vautré sur Loïc Nottet en saison 3 et égaré Dieu sait où en saison 2 pour cause d'anti douleurs trop forts; mais là, je m'égare…

3. Mike Kadima

Malgré quelques petites fioritures R&B ("hou", "yeah", "hi") un peu trop nombreuses à mon goût (on se serait parfois cru en studio avec Mariah Carey et Boys II men), la palette vocale de ce garçon est étendue et assez radieuse. En plus, curieusement – c'est assez rare ce genre de chanteur groovy à The Voice. Pourquoi? Comment ? A cause de qui? Va savoir. Sa version de Magic de Coldplay avait un gros côté "lover"; avec Mike, c'est la Saint-Valentin toute l'année. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité